Penser la stratégie, de l’Antiquité à nos jours

 

Béatrice Heuser, spécialiste des théoriciens de la guerre et de la stratégie militaire, présente l’évolution de la pensée et de la théorie sur la guerre. Déjà utilisé dans un sens large à Byzance au vie siècle, le terme « stratégie » ne fut adopté en Europe occidentale qu’au XVIIIe siècle. Dans son récent ouvrage salué par la critique anglo-saxonne et allemande, Béatrice Heuser définit la stratégie comme une voie globale pour parvenir à des fins politiques, utilisant la menace ou l’usage effectif de la force et prenant en compte les moyens disponibles, mais aussi les valeurs et les objectifs des adversaires. Depuis Aristote et la notion de guerre juste développée par Thomas d’Aquin, jusqu’au concept de guerre totale et le « paradigme napoléonien », qui a dominé la stratégie et la guerre à partir des Temps modernes, elle expose l’évolution des discours sur la guerre et sa justification (ou non) comme recherche de la paix. Si, après Napoléon et Clausewitz, la victoire militaire apparaît comme le but ultime de tout conflit, à partir de la Première Guerre mondiale, et surtout de l’utilisation de la bombe atomique en 1945, les stratèges redécouvrent l’importance de penser la paix après la guerre, le « paradigme de la paix ». Les développements de la stratégie navale, puis des stratégies aériennes, de la guerre nucléaire, ainsi que les concepts de petite guerre ou de guérilla, qui dominent l’actualité, prennent leur place dans cette histoire de la stratégie, ou « comment les hommes ont pensé la guerre ».

Béatrice Heuser occupe la chaire de relations internationales à l’université de Reading en Grande-Bretagne. Docteur de l’université d’Oxford et habilitée à diriger des recherches à l’université de Marburg, elle a travaillé entre autre pour l’OTAN, pour la Bundeswehr et a enseigné à l’université de Reims. Elle a récemment été professeur invité à l’université de Paris VIII et a occupé la chaire Dupront à l’université de Paris IV.…