Ibrahima Thioub

 

Professeur d’Histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, chercheur associé à l’IEA de Nante

Ibrahima Thioub compte aujourd’hui parmi les meilleurs spécialistes de l’histoire sociale et culturelle de l’Afrique. Depuis Dakar, où il n’a jamais cessé d’enseigner et de s’engager au sein de la communauté scientifique locale, il porte une voix originale et forte dans les débats contemporains sur la place de l’Afrique dans le monde. Spécialiste de l’histoire du Sénégal, formé à l’Université Paris Diderot sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch, Ibrahima Thioub s’est distingué dès le début des années 1990 par l’originalité de ses travaux. En se saisissant d’objets jusqu’alors délaissés par l’historiographie africaniste classique – du banditisme à la musique populaire, de la prison à l’alcoolisme – et en s’appuyant sur des outils théoriques issus de l’anthropologie, des sciences politiques et des cultural studies, Ibrahima Thioub a contribué à renouveler en profondeur l’approche de l’histoire des sociétés africaines. Au delà du cas sénégalais, ses travaux ont permis de dessiner une image complexe et nuancée du moment colonial et de ses effets politiques et culturels sur la longue durée. Ses recherches actuelles portent sur les esclavages en Afrique, sans se limiter au cas de la traite transatlantique. Une triple originalité oriente sa démarche : elle envisage ensemble les aspects économiques, sociaux, culturels et juridiques des esclavages ; elle situe l’histoire des traites dans l’histoire urbaine et environnementale du continent ; et enfin elle porte une attention particulière aux enjeux de mémoire – sur le mode de la commémoration, de l’historiographie et de l’oubli. Depuis 2007, Ibrahima Thioub est le directeur de l’IVHEET, l’Institut Interdisciplinaire Virtuel des Hautes Études sur les Esclavages et les Traites. Il est le directeur du CARTE, Centre Africain de Recherches sur les Traites et les Esclavages du Département d’Histoire de l’UCAD. Il est l’auteur de plus 40 articles scientifiques, et a notamment dirigé le numéro spécial de la Revue d’Histoire d’Outre Mer, « Pour l’histoire du contrôle social dans les mondes coloniaux » (1999). Il a été Professeur invité à l’EHESS, à l’Université de Marne la Vallée, à la Michigan State University et à l’University of Michigan. Il a été résident au Wissenschaftskolleg de Berlin (2009) et est présentement chercheur associé à l’Institut d’Études Avancées de Nantes.

Les traites et les esclavages. Perspectives historiques et contemporaines, Postface, Paris, Karthala, 2010

Le contrôle des armes à feu en Afrique occidentale française 1834-1958, Préface, Paris, Karthala, 2008

Patrimoine et sources historiques en Afrique, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 2007