Femmes sur le pied de guerre

 

Alors que les hommes mobilisés sont loin des leurs, le lien de la correspondance devient essentiel, maintenant le contact, pendant toute la Grande Guerre, entre les membres de cette famille d’ingénieurs proche de Clemenceau.
La correspondance polyphonique de quatre femmes circule, en un flux continu, vers les champs de bataille, présentant plusieurs angles de vue sur l’épreuve de la séparation, de l’angoisse et du deuil.
Leurs écrits intimes livrent la chronique de la vie d’une famille de la bourgeoisie républicaine et l’écho de la vie nationale. Ces Femmes sur le pied de guerre présentent un tableau très éloigné du lieu commun de femmes qui seraient par nature éplorées et pacifistes.