Enluminures en terre d’Islam, entre abstraction et figuration

 

La figuration est-elle totalement exclue de l’art islamique comme on le pense bien souvent ? Fourmillantes de personnages et de vie, les nombreuses miniatures qui ornent manuscrits arabes, turcs et persans semblent témoigner du contraire. Ce catalogue propose de découvrir à travers de prestigieux manuscrits arabes, persans et turcs conservés à la BNF comment dès le début de l’Islam s’est constitué, hors de la figuration, un art original basé sur la géométrie, l’arabesque et la calligraphie.

Magnifiant la parole de Dieu, cet art qui apparaît dès les premiers corans, s’étend vite à d’autres domaines. La miniature est néanmoins présente : côtoyant l’enluminure abstraite, elle s’épanouit dans de nombreux textes profanes, scientifiques ou littéraires. A travers les images et les textes d’autres œuvres aussi variées que Kalila et Dimna, contes d’origine indienne, le Shah-nameh, la grande épopée nationale iranienne, le Traité des étoiles fixes d’al-Sûfî, les grandes chroniques historiques persanes et ottomanes et bien d’autres encore, l’exposition déroulera les multiples facettes d’une figuration qui a pris des formes variées selon les époques et les lieux. Car c’est bien dans son rapport à l’image que le monde musulman, dont l’unité s’est construite autour d’une religion, déploie sa multiplicité, traversé d’Est en Ouest par des influences culturelles diverses qui se traduiront dans une iconographie parfois différente dans les mondes arabe, persan et turc.
Ouvrage publié à l’occasion de l’exposition « Enluminures en terre d’Islam », BNF, Site Richelieu, 8 juillet 2011– 25 septembre 2011.