DIRE NON EN ASIE

 

L’Orient est-il voué au despotisme ? Rien n’est plus erroné. Durant la longue histoire de l’Inde, de la Chine, du Japon et au péril de leurs vies, des hommes ont lutté pour plus de justice, d’égalité, de respect des personnes et des biens.

L’image que l’on a souvent en Occident de l’Asie et de l’Orient est celle de civilisations vouées aux despotismes, aux dictatures, aux violences diverses que les pouvoirs en place infligent au peuple que ne peut que subir sans protester. Répression massive de Gengis Khan à Tian’anmen, des révoltes paysannes du Japon médiéval aux révoltes des millions de pauvres en Inde... La démocratie ne pourrait donc pas pousser sur ce terreau de violences ancestrales ?
A ces remarques si souvent entendues on peut répondre que depuis toujours dans les diverses cultures asiatiques le peuple s’est levé et s’est battu au péril de sa vie pour survivre contre la misère, l’accaparement des récoltes et pour le respect de sa dignité. La démocratie que l’on fait naître dans le monde grec fait son chemin par des moyens propres à elle en Asie même si ces sociétés fortement holistiques ne voient pas forcément émerger de figures emblématiques de héros à chaque moment de l’histoire. La table ronde que l’on propose ne peut prétendre à l’exhaustivité : on parlera du Japon, de l’Inde et de la Chine mais ce sont des civilisations suffisamment riches pour que le débat choisi prenne sens. D’autres intervenants pourront parler du Vietnam, de l’Indonésie, de la Thaïlande... L’idée de justice et d’égalité fait son chemin et souvent par ses propres idéaux en Asie.