Carte blanche à Ivan Jablonka : dialogue avec Jean Hatzfeld

 

Journaliste et écrivain, Jean Hatzfeld a publié trois livres sur le génocide des Tutsis en 1994, réunis dans la trilogie Récits des marais rwandais. En recueillant le témoignage des victimes et des tueurs, au cours de rencontres à la fois terribles et bouleversantes, il a pu raconter les massacres perpétrés dans la commune de Nyamata, au sud de Kigali. Alors que les assassins ne se remettent jamais en question, les rescapés choisissent de se taire, de parler ou de « zigzaguer avec la vérité ».


Historien et écrivain, Ivan Jablonka a publié un essai de biographie familiale, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus, consacré au parcours de deux Juifs communistes, depuis leur Pologne natale jusqu’à Auschwitz. Il a explicité sa démarche dans L’histoire est une littérature contemporaine, en montrant que sciences sociales et littérature pouvaient coexister dans un même texte et s’enrichir mutuellement.


Ce dialogue vise à confronter leurs expériences d’écriture : interrogation, capacité d’écoute, contact des archives, rencontre avec des témoins, mise en ordre des faits, travail sur la langue. Qu’est-ce que la littérature peut nous dire du monde ? Aide-t-elle à penser le génocide, à dire l’indicible ? Récit, enquête, journalisme et histoire sont ici les éléments d’une « littérature du réel ».