COMMENT L’INDE INVENTA L’ÉCOCITOYEN

 

De 14h30 à 15h30 - Maison de la Magie
Conférence par IRÈNE FRAIN, écrivain, auteure de l’ouvrage La Forêt des 29 (Michel Lafon)
Au XVème siècle, dans le Nord de l’Inde, face aux violents affrontements qui opposent Hindous et Musulmans, des mouvements tentent de ressusciter le message de non-violence contenu dans certains textes philosophiques hindouistes très anciens et d’en faire la synthèse avec l’Islam. Ils réactivent notamment la fameuse “ ahimsa” — “non-nuisance au vivant”, traduite communément par le terme “ non-violence” — qui fut le fondement du jaïnisme et du bouddhisme avant d’être reprise par l’empereur Ashoka au 3ème s. av JC. 
Mais vers les années 1480, au Marwar (l’actuel Rajasthan) les conflits sont encore attisés par un long cycle de sécheresses, famines et épidémies dévastatrices.
Un jeune homme de haute caste, Jambeshwar, dit aussi Djambo ou Djambhoji donne alors une version écocitoyenne de ce mouvement de tolérance, à partir d’une intuition préscientifique du concept de " chaîne écologique” et d’une analyse humaniste des rapports entre la violence et le pillage des ressources naturelles. 
Avec quelques rescapés de la famine et des épidémies, il met au point 29 principes. Prescriptions agronomiques, gestion rationnelle de l’eau et des sols, protection de la faune et de la flore, respect absolu des arbres, bien sûr. Mais aussi hygiène quotidienne, protection maternelle et infantile — le congé-maternité dès 1485 ! - dieu unique et sans image, la Nature, spiritualité à la portée de tous, organisation sociale égalitaire sans distinction de caste, de sexe et de religion, etc.

Djambo fait très rapidement école, sans prosélytisme. Deux siècles plus tard, en 1730, un événement tragique vient conforter le respect pour cette communauté, les Bishnoïs (« Les 29" en hindi, en référence à leurs 29 principes) : l’auto-immolation de 363 d’entre eux pour sauver leurs arbres d’une tentative de déforestation par un grand féodal. La même méthode sacrificielle qui sera prônée par Gandhi dans les années 20 et 30 pour lutter contre les Anglais…
L’Inde compte actuellement 800 000 Bishnoïs.