Aux origines de la Grande Guerre : 
vérités officielles et controverses historiographiques

 

En se fondant notamment sur les archives diplomatiques, les intervenants, tous membres de la sous-commission de publication des Documents diplomatiques français des années 1917-1919, présenteront les débats autour des responsabilités du déclenchement de la Grande Guerre, de 1914 à nos jours. Il s’agira de présenter le contexte politiquement chargé des premières prises de positions officielles des gouvernements français et allemand sur les responsabilités de la guerre et d’évoquer ensuite l’évolution de l’historiographie sur le sujet, encore assez prolifique.

Jean-Michel Guieu, tout d’abord, s’intéressera au débat sur les origines du conflit à l’époque de la Grande Guerre. Celui s’amorça, en effet, dès 1914, avec la publication par les gouvernements en lutte de correspondances diplomatiques (par exemple le « Livre blanc » allemand ou le « Livre bleu » britannique) prouvant leur innocence dans le déclenchement de la guerre et le caractère défensif de leur combat. Si bon nombre d’intellectuels appuyèrent les thèses défendues par leurs gouvernements respectifs, certaines voix, plus rares, proposèrent dès cette époque d’autres interprétations du conflit.
Robert Frank, s’attachera ensuite à l’analyse da la décision prise par le gouvernement français de publier ses Documents diplomatiques des années 1871-1914, tâche qui sera menée sous la direction du Recteur de l’Académie de Paris assisté par une équipe d’historiens et de diplomates animée par Pierre Renouvin. Dans le contexte de l’après-guerre, cette entreprise répondait au désir français de voir reconnue la culpabilité allemande dans le déclenchement de la guerre. Ce fut néanmoins le début d’un grand travail scientifique qui continue encore aujourd’hui avec la publication des Documents diplomatiques français.
Vincent Laniol reviendra, pour sa part, sur la signification de l’article 231 du traité de Versailles qui fit couler beaucoup d’encre entre les deux guerres et qui affirmait la responsabilité de l’Allemagne et de ses Alliés dans le déclenchement des hostilités. Il tentera d’en retracer l’élaboration pour décortiquer ce qui relève de l’histoire des représentations de celle des faits afin de souligner que cet article était loin d’avoir la signification que beaucoup de contemporains lui donnèrent.
Gerd Krumeich clôturera la série des exposés présentés en évoquant les débats sur les origines du conflit qui animèrent les historiens allemands, débats qui eurent pour véritable déclencheur la publication en 1961 de l’ouvrage de Fritz Fischer, Griff nach der Weltmacht. Die Kriegszielpolitik der kaiserlichen Deutschlands 1914-1918 (traduit en français sous le titre « les buts de guerre de l’Allemagne impériale ») qui rompit le consensus historiographique sur la question. Depuis lors, les controverses outre-Rhin demeurent assez nombreuses.