AUTOUR DES 1001 NUITS, REGARDS CROISÉS ENTRE L’ORIENT ET L’OCCIDENT

 

Pour les Européens, les 1001 nuits sont par excellence un texte illustré d’images. Mais celles ci sont soit européennes soit reprises de manuscrits qui n’ont rien à voir avec les 1001 nuits. Qui connaît l’histoire de la transmission des Mille et une nuits et ses étranges chassés croisés ?
En effet, pour les Européens, les 1001 nuits sont par excellence un texte illustré d’images. Mais celles ci sont soit européennes (fin XIXe et début XX) soit reprises de manuscrits qui n’ont rien à voir avec les 1001 nuits. Qui connaît l’histoire de la transmission des Mille et une nuits et ses étranges chassés croisés ? Produit en Iran, le texte voyage d’Est en Ouest, de Bagdad jusqu’au Caire, se transmet par la tradition orale puis écrite, objet dans le monde arabo musulman d’une forme de discrédit en raison de sa non appartenance à la langue littéraire : les plus anciens manuscrits conservés datant du XIVe siècle présentent une mise en page étonnamment austère, dénuée de toute illustration.
Le texte arrive en Occident par l’intermédiaire d’Antoine Galland dont la traduction, en pleine époque de "turqueries", connaît un immense succès. Engouement pour l’Orient qui suscite une fièvre d’images présumées "orientales" dont l’essor trouvera un siècle plus tard un écho dans le livre oriental qui s’emparera alors à son tour d’un répertoire iconographique élaboré en Occident à partir des "clichés" évocateurs de la magie orientale...
Il y a là matière pour le grand public à entrer dans l’aventure d’un texte et de ses réécritures d’est en ouest mais aussi dans les péripéties de sa réappropriation d’ouest en est, au fil d’un jeu de miroirs sans équivalents. Le point d’appui est ici patrimonial, le propos est construit sur la présentation d’une série d’exemplaires (manuscrits et imprimés) emblématiques.