ALEXANDRE LE GRAND, L’ORIENT ET NOUS

 

La figure d’Alexandre tient depuis toujours une place éminente dans la conscience historique de l’Europe. Et pour cause, Alexandre est à l’origine du grand basculement entre l’Orient et l’Europe.

En 1767, l’historien allemand Johann Christoph Gatterer présentait en ces termes le résultat des conquêtes d’Alexandre : « Le siège de la domination fut alors pour la première fois en Europe ». Il exprimait par là qu’Alexandre est à l’origine du grand basculement entre l’Orient et l’Europe. Depuis lors, bien d’autres historiens, géographes, hommes politiques, militaires, ‘grands coloniaux’, ont repris la même idée sous des formules connexes : Alexandre a ouvert l’Orient à la curiosité européenne ; il a étendu les connaissances géographiques ; il a contribué à l’inventaire des ressources des pays conquis ; il a créé les grandes routes de commerce entre l’Europe, l’Égypte, le golfe Persique et l’Inde ; il « nous » a donné des leçons de colonisation, etc. Telle est l’une des raisons pour lesquelles la figure d’Alexandre tient depuis toujours une place éminente dans la conscience historique de l’Europe, en particulier dans les périodes de crise identitaire face à des pays qui, naguère colonisés, se sont détachés de sa tutelle.