Zoom sur RITHY PANH, président du cycle cinéma

RITHY PANH, PRESIDENT DU CYCLE CINEMA

RITHY PANH
Rescapé du génocide perpétré au Cambodge par les Khmers rouges entre 1975 et 1979, et réfugié en France, Rithy Panh a voulu témoigner par le cinéma pour sauver la mémoire de ces crimes contre l’humanité. A l’écoute des récits des survivants, mais aussi en interrogeant les bourreaux, il a démonté les mécanismes totalitaires qui ont été à l’œuvre. Bophana, une tragédie cambodgienne (1996) retraçait le destin d’une victime des Khmers rouges, et S21, la machine de mort Khmère rouge (2004) donnait à voir l’effroyable mécanique déshumanisante dans ce centre de torture. Son dernier film, Duch, le maître des forges de l’enfer donne la parole justement à Duch, l’ancien directeur de S21, actuellement jugé par la Justice internationale.
Mais son travail s’est aussi attaché à montrer comment vivent les Cambodgiens aujourd’hui, ouvriers posant les câbles de fibres optiques -La Terre des âmes errantes-(2001), guides touristiques d’Angkor -Les Gens d’Angkor -(2003), artistes de théâtre désœuvrés -Les Artiste du théâtre brûlé-(2005), prostituées de Phnom Penh, -Le Papier ne peut pas envelopper la braise- (2007), où tous confrontés aux traces douloureuses du passé.
Afin que le Cambodge se réapproprie sa mémoire, sa culture, et son cinéma, il a inauguré en 2006 un Centre de Ressources audiovisuelles du Cambodge nommé BOPHANA, en hommage à l’héroïne de son film de 1996,

LA TERRE DES ÂMES ERRANTES

Rithy Panh (documentaire, France, 1999, 100 min, La Sept-ARTE, Ina, primé aux Festivals du Réel et de Namur 2000, aux festivals de San Francisco, Vancouver, Yamagata 2001, et au festival Amnesty International 2001.

En 1999 les travaux de pose du premier câble de fibres optiques ont traversé le Cambodge, venant d’Europe en suivant la Route de la soie…Survivants du génocide perpétré par les Khmers rouges, des familles cambodgiennes creusent des tranchées au milieu des mines anti-personnelles, mais aussi de ces « âmes errantes », les millions de morts sans sépulture dont la présence obsédante interpelle la mémoire.
Avec sa caméra, Rithy Panh suit la progression du chantier, en s’attachant à quelques personnages centraux qui symbolisent les contradictions que doit surmonter le Cambodge pour renouer avec sa culture ancestrale. Il s’interroge aussi sur ces « autoroutes de l’information », préparées par des hommes qui n’y auront pas accès. « Je dois espérer que le Cambodge ne soit pas seulement le lieu de passage d’une fibre optique, car sans la participation des Cambodgiens dans un échange économique et culturel équitable, le projet ne sera qu’une histoire de domination de plus » (Rithy Panh)

Samedi 15 à 20h45 - Cinéma Les Lobis

Présentation : RITHY PANH, réalisateur et JOELLE OLIVIER, actions culturelles de l’Ina

LES GENS D’ANGKOR

Rithy Panh (documentaire, France 2003, 60 min, Ina-ARTE)
Film précédé de deux films amateurs sur la reconstruction du temple d’Angkor à Paris à l’occasion de l’exposition coloniale de 1931(Pôle Patrimoine de Centre images).

La vie quotidienne sur le chantier des temples d’Angkor, en compagnie de travailleurs jeunes ou vieux, paysans, porteurs de bois, vendeurs à la sauvette pour touristes... A travers ces humbles destins croisés, faits de travail, de résignation, et d’espoir, Rithy Panh nous invite à une plongée dans l’histoire millénaire du Cambodge, rendue étrangement présente par les dessins gravés dans les ruines des temples, sans cacher la précarité sociale d’aujourd’hui, et les ombres du génocide qui continuent de planer.

Jeudi 13 à 18h*- Cinéma Les Lobis/ Lundi 17 à 10h – Auditorium BAG G

*Présentation : HUGUES TERTRAIS, maître de conférences à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, auteur de Angkor VIIIè-XXIè siècle. Mémoire et identité khmères (2008, Autrement) et JOELLE OLIVIER (Ina)

En écho : LE VEILLEUR

Céline Dréan (documentaire, 2011, 50 min, Collection A Contre-temps, Vivement lundi !/ Groupe Galactica) Etoile de la SCAM 2011
Séra, artiste franco-cambodgien de bande dessinée est veilleur de nuit dans un hôtel parisien. Portrait d’un homme que le dessin aide à exorciser les fantômes du Cambodge…
Vendredi 14 à 21h15 - Conservatoire de musique G

Présentation : VERONIQUE BLANCHARD de la SCAM