L’actualité du livre d’histoire

Jeudi 10 octobre 2013

Le Mythe de la Grèce blanche

> de 14h à 15h - Salle Mansart, Château royal de Blois

Proposée par les éditions Belin à l’occasion de la publication de l’ouvrage Le Mythe de la Grèce blanche. Histoire d’un rêve occidental.

COMMUNICATION par l’auteur Philippe JOCKEY, professeur à l’université de Provence Aix-Marseille I.

A travers son ouvrage Le Mythe de la Grèce blanche. Histoire d’un rêve occidental, Philippe Jockey revient sur l’un des plus grands « malentendus » historiques : l’image construite depuis les Romains d’une Grèce antique blanche dans son architecture, sa sculpture et sa pensée. L’auteur nous explique ce refus délibéré des couleurs et propose ici d’en comprendre les raisons.


Les animaux dans la Grande Guerre, des vécus oubliés

> de 14h30 à 15h30 - Salle des conférences, Château royal de Blois

Proposée par CNRS Editions à l’occasion de la publication de l’ouvrage Bêtes des tranchées. Des vécus oubliés.

CONFERENCE par Eric BARATAY, professeur à l’université Jean-Moulin-Lyon III.

Comment retrouver les vécus des millions d’animaux (équidés, chiens, pigeons...) enrôlés dans la Grande Guerre ? En se plaçant de leur côté, en prenant leur point de vue, en restituant leurs actions, leurs émotions, leurs résistances, leurs souffrances. en savoir plus


La Guerre au XXe siècle

> de 16h à 17h30 - Salle des conférences, Château royal de Blois

Proposée par les éditions Hachette Supérieur.

TABLE RONDE avec Jean-Louis DUFOUR, professeur à Saint-Cyr, et Maurice VAÏSSE, professeur émérite à Sciences Po, auteurs de l’ouvrage La guerre au XXe siècle, et Vincent DESPORTES, général de division de l’armée de Terre.

Par leur ampleur, les deux guerres mondiales ont durablement marqué la façon d’aborder les conflits suivants. Cette rencontre reviendra sur les différentes formes de conflictualité dans le temps et sur les efforts pour tenter de prévenir la guerre et d’assurer la sécurité collective. en savoir plus


Lancement de la collection "Guerre et Paix"

> de 16h à 17h30 - Salle Gaston d’Orléans, Château royal de Blois

Proposée par les Publications de la Sorbonne à l’occasion du lancement de la collection Guerre et Paix et de la parution des ouvrages : La construction du militaire. Savoir et savoir-faire militaires en Occident (1494-1870) : la formation du militaire, dirigé par Benjamin Deruelle et Bernard Gainot, Les Européens et la guerre, dirigé par Isabelle Davion, Frédéric Dessberg et Christian Malis.

TABLE RONDE avec Isabelle DAVION, maître de conférences à l’université Paris IV-Sorbonne, Benjamin DERUELLE, maître de conférences à l’université Lille III, Frédéric DESSBERG, maître de conférences à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Hervé DRÉVILLON, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Bernard GAINOT, maître de conférences honoraire à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Christian MALIS, docteur habilité en histoire.

Cette collection ambitionne de contribuer à l’émergence du champ des études sur la guerre et la paix, qui vise à dépasser le domaine traditionnel des études sur la guerre (war studies), pour l’étendre aux questions relatives à la résolution et à la prévention des conflits, ainsi qu’à toutes les formes de conflictualité intermédiaires entre l’état de guerre et l’état de paix.
en savoir plus


Vendredi 11 octobre 2013

L’esclavage : une guerre continue ?

> Table ronde de 9h30 à 11h - Salle Lavoisier, Conseil général

> Projection de 11h30 à 13h30 - Petit Amphi, ENIVL

Proposées par les éditions Karthala.

TABLE RONDE avec Romain BERTRAND, directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques, Christine CHIVALLON, directrice de recherche au CNRS, auteure de L’esclavage du souvenir à la mémoire, Henri MÉDARD, professeur à l’université d’Aix-Marseille, auteur de Traites et esclavages en Afrique orientale et dans l’océan indien, Ibrahima THIOUB, professeur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Myriam COTTIAS, directrice de recherche au CNRS et Antonio DE ALMEIDA MENDES, maître de conférences à l’université de Nantes, co-auteurs de l’ouvrage Les traites et les esclavages.

une analyse des situations d’esclavage et des sociétés du post-esclavage s’intéressant autant aux acteurs du passé qu’à ceux du présent. Chaque situation d’esclavage s’inscrivant dans des séquences historiques et géographiques, des modalités juridiques, des conditions sociologiques, anthropologiques, des jeux de forces économiques, politiques aussi envisagés sous un angle global. En savoir plus


Les crieurs, figures essentielles de la vie politique médiévale

> de 10h à 10h45 - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de L’ouvrage En place publique. Jean de Gascogne crieur à Laon au XVe siècle (Stock) par Nicolas OFFENSTADT, maître de conférences à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

Longtemps oubliés ou considérés comme faisant partie du folklore médiéval, les crieurs sont pourtant des acteurs essentiels de la vie politique du Moyen Age, ce que montre Nicolas Offenstadt en étudiant Jean de Gascogne, au XVe siècle. il y retrouve la voix du peuple, si rare dans les sources.


« Liberté, égalité, étrangers » ?

> de 11h à 12h - Café littéraire, Halle aux Grains
à l’occasion de la publication du Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France (Robert Laffont), dirigé par Pascal Ory.

Café littéraire avec : Vincent Duclert, professeur agrégé à l’EHESS, Yvan GASTAUT, maître de conférences à l’université de Nice, Pascal Ory, professeur à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, Jacques Portes, professeur émérite à l’université de Paris-VIII.

Le Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, qui vient de sortir dans la collection Bouquins, est, dans tous les sens du mot, un ouvrage « monumental ». Avec ses 1300 notices – individuelles et collectives - il vient rappeler opportunément que ce pays est un pays d’immigrants, de « A » comme Aznavour à « Z » comme Zola.


La place de la guerre dans la construction de la « Nation France »

> de 11h à 12h30 - Amphi 1, Université

Proposée par les éditions Belin.

TABLE RONDE avec Nicolas BEAUPRÉ, maître de conférences à l’université Blaise Pascal de Clermont Ferrand, auteur du volume Les Grandes Guerres (collection Histoire de France), Michel BIARD, professeur à l’université de Rouen, auteur du volume Révolution, Consulat, Empire (collection Histoire de France), Boris BOVE, maître de conférences à l’université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis, auteur du volume Le Temps de la Guerre de Cent ans (collection Histoire de France), Joël CORNETTE, professeur à l’université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis, directeur de la collection Histoire de France, Nicolas LEROUX, professeur à l’université de Lyon II, auteur du volume Les guerres de religion (collection Histoire de France).

Au travers des 13 volumes de la collection Histoire de France (de 481 à 2005), sous la direction de Joël Cornette avec Jean-Louis Biget et Henry Rousso, les différents auteurs des volumes concernés s’interrogent sur la place de la guerre dans la construction de la « Nation » France. Un Panorama historique unique.


La Guerre et la Paix

> de 11h30 à 13h - Maison de la Magie

Proposée par les Presses de Sciences Po.

TABLE RONDE avec Gilles ANDRÉANI, professeur associé à Paris II, et Pierre HASSNER, directeur de recherches au Centre d’études et de recherches internationales de Sciences Po (CERI), directeurs de l’ouvrage Justifier la guerre ; Vincent DESPORTES, général de division, professeur associé à Sciences Po Paris, Frédéric RAMEL, professeur des universités à Science Po Paris, auteur de L’attraction mondiale.

Comment comprendre la permanence de l’état d’insécurité plus de vingt ans après la fin de la guerre froide ? Malgré le « réalisme » de la présidence Obama, qui a succédé à l’arrogance des années Bush, les défis persistent : risque de terrorisme international, rééquilibrage multipolaire avec l’ascension de la Chine ; avenir du Moyen-Orient et perspectives d’un Iran doté de capacités nucléaires, instabilité croissante en Afghanistan et au Pakistan, bien-fondé des interventions humanitaires, etc.


Comment un État entre en guerre ? L’exemple de 1914

> de 11h30 à 13h - Salle des conférences, Château royal de Blois

Proposée par La Documentation Française à l’occasion de la publication de l’ouvrage Etat de guerre. L’année 1914 à travers les publications officielles.

TABLE RONDE avec Jean-Jacques BECKER, professeur émérite à l’université Paris Ouest Nanterre, Fabienne BOCK, professeure à l’université Paris Est Marne la Vallée, Bertrand MARCINCAL, directeur des archives de l’Assemblée nationale, Serge SUR, professeur à l’université Panthéon-Assas et rédacteur en chef de la revue Questions internationales.
La guerre est l’épreuve la plus redoutable à laquelle un état puisse être confronté. Comment se prend la décision d’entrer en guerre ? Quel est le rôle du chef de l’État et du gouvernement en la matière ? Comment la représentation nationale intervient-elle ? Quel est son pouvoir de contrôle ? Regards croisés sur les institutions de la IIIe République – l’exemple de 1914 – et de la Ve République.


Trois historiens écrivent la guerre

> de 11h30 à 13h - Salle Lavoisier, Conseil général

Proposée par les éditions de l’EHESS.

TABLE RONDE avec Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, directeur d’études à l’EHESS, auteur d’Un récit de filiation (1914-2014), Christophe PROCHASSON, directeur d’études à l’EHESS, Emmanuel SAINT-FUSCIEN, maître de conférences à l’EHESS, auteur de À vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre.

Raconter la guerre n’est pas le défi littéraire le plus simple. Du point de vue rasant de Stendhal, si rasant d’ailleurs que son principal témoin Fabrice Del Dongo n’aperçoit rien de la bataille de Waterloo à laquelle il est censé participer, à celui surplombant de Victor Hugo, embrassant la « morne plaine » où se déroulent les mêmes combats, il n’est pas de solution unique ni entièrement satisfaisante. Que dire alors des voies empruntées par les historiens ? Ceux de l’Antiquité ont fondé le genre en optant pour la vue d’ensemble. Ceux d’aujourd’hui adoptent d’autres perspectives : ils règlent plus volontiers leur focale à hauteur d’homme. Délaissant l’analyse des subtilités tactiques pensées par les grands généraux, renonçant au lyrisme qui empoignait leurs prédécesseurs engagés dans l’évocation du choc homérique des armées, ils choisissent désormais d’investir l’expérience des soldats.


L’Arménie du Levant : guerre et paix entre Orient et Occident

> de 11h30 à 12h30 - Salle 004, Université

Proposée par Les Belles Lettres à l’occasion de la publication de l’ouvrage L’Arménie du Levant XIe - XIVe siècle.

COMMUNICATION par l’auteur Claude MUTAFIAN, docteur en histoire.

Émigrés en Cilicie au xie siècle après la perte de leur royaume, les Arméniens se trouvèrent sur la route de la croisade, bientôt en contact avec les Francs dont ils adoptèrent certaines techniques guerrières. Alliances et affrontements alternaient selon une subtile politique tous azimuts qui aboutit en 1198 à la fondation d’un nouveau royaume, bientôt confronté à la déferlante mongole. Conseillés par les seigneurs de l’Arménie historique, les rois d’Arménie cilicienne se gardèrent d’affronter l’invincible « nation des archers » et participèrent même à ses expéditions militaires. L’alliance mongole leur permit de survivre presque un siècle à la chute de la Syrie franque.


La part d’ombre et de vérité de Saint-Augustin

> de 14h à 14h45- Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de L’ouvrage Dans l’ombre de la lumière (Actes Sud) par Claude PUJADE-RENAUD, nouvelliste et romancière.

Grâce au roman et à une enquête historique très poussée, Claude Pujade-Renaud parvient à imaginer ce qu’ont pu être les doutes d’un homme – le futur Saint-Augustin - face à l’amour. Elissa l’aimait et fut « répudiée ». Pour autant, elle reste intimement liée à l’œuvre du grand théologien. une enquête passionnante.


Silex and the City : Feu la guerre du feu

> de 14h à 15h - Amphi 3, Université

RENCONTRE avec JUL, scénariste et dessinateur de bande dessinée, auteur de la série Silex and the city (Dargaud) .

À l’occasion de la sortie du tome 4 de sa série, Jul nous propose une plongée dans la Préhistoire en guerre, en compagnie des dotcom bien sûr, et vidéos à l’appui.


Sorti de rien

> de 14h à 14h45 - Salle Lavoisier, Conseil général

Présentation de L’ouvrage Sorti de rien (Seuil) entretien avec Jean Vassort et Irène Frain, écrivain.

Je croise ce passé avec ce qu’il me reste de mon père : la légende familiale, ses récits, ses carnets, toutes ces lettres qu’il écrivit lorsqu’il était prisonnier des nazis. des énigmes s’expliquent, des secrets se dévoilent. oui, mon histoire est bien fille de la sienne : le combat d’un breton « sorti de rien ». Irène Frain


Conjurer la guerre

> de 14h à 15h - Salle Mansart, Château royal de Blois

Proposée par les éditions de l’EHESS.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE Conjurer la guerre par l’auteur Michel NAEPELS, ethnologue, directeur d’études à l’EHESS, et Patrick BOUCHERON, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Quelles sont les conventions d’usage de la violence ? Comment contrôler la violence pour éviter la guerre, ou pour la préparer en secret ? Comment produire une histoire du pouvoir et de la violence en contexte colonial ? Avec pour fil conducteur des situations de conflits et de guerres intestines en Nouvelle-Calédonie, depuis sa prise de possession par la France jusqu’à nos jours, Michel Naepels décrit et analyse les pratiques guerrières, les figures du massacre, la question de l’anthropophagie, les « objets de guerre ».


Publier l’histoire : l’avenir numérique

> de 14h30 à 16h30 - Salle Gaston d’Orléans, Château royal de Blois

Proposée par le Centre national du Livre et la revue CAIRN.

TABLE RONDE avec Yannick DÉHÉE, éditeur, créateur de la bibliothèque numérique Histoire Premium, Monique LABRUNE, présidente des Presses universitaires de France, Alexis LACROIX, journaliste, Marc MINON, administrateur de Cairn.info (sous réserve), Pierre NORA, éditeur, directeur d’études à l’EHESS, membre de l’Académie française, François ROUYER-GAYETTE, chef du pôle numérique du Centre national du Livre.

L’histoire au défi du numérique. Comment le tournant digital recompose l’écriture du passé.


La Douceur de l’ombre

> de 15h à 15h45 - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de L’ouvrage La douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours (Fayard) par Alain CORBIN, professeur émérite à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

Ce que les hommes ont éprouvé au cours des siècles, face les sidère : empathie souvent, affection même, mais aussi, parfois, crainte, voire épouvante.


Du hasard en histoire et des libertés qu’il nous laisse

> de 15h30 à 16h30 - Salle des conférences, Château royal de Blois

Proposée par les éditions du Seuil.

RENCONTRE avec Jean-Noël JEANNENEY, président du Conseil scientifique des Rendez-vous de l’histoire, et Laurent THEIS, historien, éditeur.

Auteur d’une œuvre prolifique où se côtoient ouvrages de recherche, biographies, études historiques, essais d’intervention et documentaires pour la télévision, Jean-Noël Jeanneney n’a cessé de réfléchir au rôle civique de l’Histoire. La publication du recueil de plusieurs de ses œuvres de 1977 à 2012, rassemblées sous le titre L’Histoire, la liberté, l’action, aux éditions du Seuil, donne l’occasion de revenir sur ce parcours engagé.


K.L.B. Journal de Buchenwald (1943-1945), ou le journal inédit d’un déporté

> de 15h30 à 16h30 - Salle 004, Université

Proposée par les Presses universitaires de France à l’occasion de la parution de l’ouvrage K.L.B. Journal de Buchenwald (1943-1945), de Jean Hoen.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE par Olivier LALIEU, historien au Mémorial de la Shoah.

Le résistant Jean Hoen est déporté à Buchenwald le 3 septembre 1943. Il y rédige un « reportage vécu », comme il le dénomme, qui sort aujourd’hui de l’ombre pour la première fois. Une matière brute nous est livrée, une voix « immédiate » s’élève en une évocation minutieuse de la vie quotidienne et de l’univers du camp par un homme d’âge mûr, porteur d’un idéal patriotique forgé par ses origines lorraines, l’épreuve du feu durant la Première Guerre mondiale et son engagement dans la Résistance à Marseille. Un document exceptionnel.


Le divan d’Istanbul : une histoire paradoxale de l’empire ottoman

> de 15h30 à 16h30 - Salle Mansart, Château royal de Blois

Proposée par les éditions Payot.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE, Le divan d’Istanbul. Brève histoire de l’empire ottoman par l’auteur Alessandro BARBERO, professeur à l’université du Piémont Oriental à Vercelli, et Isabelle HEULLANT-DONAT, professeure à l’université de Reims.

Alessandro Barbero présente une histoire de l’empire ottoman, des Seldjoukides à Mustafa Kemal, qui insiste sur ses paradoxes, remettant
ainsi en cause nos certitudes d’occidentaux, et démonte la réalité d’un prétendu « choc des civilisations ». En savoir plus


Sarajevo 1992. L’engrenage

> de 16h à 17h - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de L’ouvrage Robert Mitchum ne revient pas (Gallimard) par Jean Hatzfeld, écrivain et journaliste.

Quand le roman s’empare de l’histoire immédiate. Quand leurs origines ethniques rattrapent les acteurs de cette histoire. Quand la guerre s’empare, à nouveau, des Balkans... Jean Hatzfeld nous fait revivre avec talent une tragédie contemporaine.


La Guerre des Gaules : entre faits et reconstitution

> de 16h à 17h - Salle 006, Université

Proposée par les éditions Tartamudo à l’occasion de la publication de la bande dessinée La Guerre des Gaules, de Tarek Ben Yahklef et Vincent Pompetti.

COMMUNICATION par Tarek BEN YAHKLEF, scénariste et Vincent POMPETTI, dessinateur.

La guerre des Gaules, nous la connaissons à travers le point de vue de Jules César. Si le document est d’un grand intérêt, il n’en est pas moins partiel et partial. Le monde celte et gaulois, sa politique, sa société et ses mœurs peuvent être revus aujourd’hui à la lumière notamment des recherches archéologiques.


La Grande Guerre, une révolution de la folie ?

> de 16h à 17h30 - Amphi 3, Université

Proposée par Alma éditeur à l’occasion de la publication de l’ouvrage Du Front à l’asile, 1914-1918, d’Hervé Guillemain et Stéphane Tison.

TABLE RONDE avec Patrick CLERVOY, médecin psychiatre du service de santé des armées, Jean-Maurice DE Montrémy, éditeur, journaliste, Hervé GUILLEMAIN, maître de conférences à l’université du Maine, et Stéphane TISON, maître de conférences à l’université du Maine.

Dès août 1914 les médecins durent remettre en cause leurs doctrines pour soigner les « fous de guerre ». Pourquoi fut- il si difficile de conceptualiser le stress post-traumatique ? Cette expérience contribua-t-elle à la brutalisation de la société ? En savoir plus


Guerre et colonisation

> de 16h15 à 17h45 - Amphi 2, Université

Proposée par les éditions Armand Colin et la revue Monde(s) autour de la thématique du CAPES-AGREG, à l’occasion de la publication du n°4 de la revue Monde(s) : Sociétés coloniales. Enquêtes et expertises sous la direction d’Emmanuelle Sibeud, Claire Fredj, Hélène Blais..

TABLE RONDE avec Sabine DULLIN, professeure à l’université Lille III, Robert FRANK, professeur émérite à l’université Paris I, Emmanuelle SIBEUD, maître de conférences à l’université Paris VIII, et Pierre SINGARAVÉLOU, maître de conférences à l’université Paris I.

Les intervenants présenteront la revue Monde(s) qui a publié deux numéros sur les questions coloniales (n° 2 et n° 4) et traiteront du lien entre « Guerre » et « colonisation », à travers les acteurs, les sociétés et les enjeux politiques.


Éditer la guerre : regards croisés éditeurs universitaires, grand public, historiens

> de 16h30 à 18h - Petit Amphi, ENIVL

Proposée par les éditions de l’EHESS.

TABLE RONDE avec Nicolas GRAS-PAYEN, éditeur, Franziska HEIMBURGER, doctorante à l’EHESS, Christophe PROCHASSON, directeur d’études à l’EHESS, Pierre PURSEIGLE, université de Yale, Emmanuel SAINT-FUSCIEN, maître de conférences à l’EHESS, auteur de La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre.

La guerre suscite une activité éditoriale d’une grande intensité. Les publications de sciences sociales traitant la question guerrière ont connu ces vingt dernières années une vitalité qu’il convient d’interroger. Même l’ « histoire bataille » si fortement décrédibilisée dans l’historiographie française, se trouve réinvestie par des universitaires au sein de collections largement diffusées par de grands éditeurs d’histoire. Ces derniers bénéficient-t-ils des résultats de recherches innovantes autour de la guerre où répondent-ils à une demande sociale inédite ? La table ronde répondra à ses questions en privilégiant une comparaison des situations éditoriales des histoires de la guerre en France, en Allemagne et en Grande Bretagne.


« Les cardinaux-ministres et la guerre de Georges d’Amboise à Fleury (fin XVe-XVIIIe siècle)

> de 17h à 18h - Salle des conférences, Château royal de Blois

à l’occasion de la publication de l’ouvrage La monarchie ecclésiale. Le Clergé de Cour en France à l’époque moderne (Champ Vallon).

En partenariat avec les Amis du Château et des Musées de Blois.

Conférence de Benoist PIERRE, professeur à l’université François-Rabelais de Tours, au Centre d’études Supérieures de la Renaissance, et membre junior de l’Institut Universitaire de France.

L’époque moderne se caractérise par des systèmes politiques qui accordent à de hauts dignitaires d’Église une place de choix et même parfois une position centrale. dans quelle mesure leur statut d’ecclésiastique a-t-il pu influer sur leur façon de penser et de faire la guerre, de l’éviter ou d’en sortir ?


Lumières de la sagesse. Écoles médiévales d’Orient et d’Occident

> de 17h à 18h30 - Salle Gaston d’Orléans, Château royal de Blois

Proposée par les Publications de la Sorbonne à l’occasion de la parution de l’ouvrage Lumières de la sagesse. Écoles médiévales d’Orient et d’Occident.

TABLE RONDE avec Sandra AUBE, chargée de recherche à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Patrick BOUCHERON, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Antoine DESTEMBERG, maître de conférences à l’université d’Artois, Emmanuelle VAGNON, chargée de recherche à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Éric VALLET, maître de conférences à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

À l’occasion de la réouverture de la bibliothèque de la Sorbonne à l’automne 2013 et de l’exposition « Lumières de la sagesse. Écoles médiévales d’Orient et d’Occident » (Paris, Institut du Monde Arabe, 25 sept. 2013 - 4 janv. 2014), ce livre propose de se replonger dans l’univers des écoles médiévales, à l’origine des grandes universités de notre monde contemporain, et d’explorer leur rôle dans la circulation des savoirs entre Orient et Occident.
Collèges et madrasas, studia et cénacles, yeshiva et didaskalon, écoles et universités ont en effet joué un rôle essentiel et méconnu, dont de nombreux témoins, manuscrits et objets, sont encore visibles aujourd’hui. Né à l’ombre des palais, des églises, des synagogues et des mosquées, l’enseignement médiéval ne s’est pas contenté de transmettre et de reproduire à l’identique des savoirs religieux révélés mais s’est aussi largement ouvert sur le monde, en posant la question de la nature universelle de la science, et du sort que devait lui réserver la société.


Le Dimanche, une histoire

> de 17h15 à 18h - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de L’ouvrage Le Dimanche, une histoire. Europe occidentale 1600-1830 (Seuil) par Alain CABANTOUS, professeur émérite à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

Entre dévotion, liberté, repos, le dimanche ne cesse, depuis la fin du Moyen Age, d’être au cœur de l’existence des sociétés occidentales et des tensions qui les traversent.


Petites patries dans la Grande Guerre : la nation au risque des régions (1914-1918)

> de 18h à 19h30 - Salle Kléber Loustau, Conseil général

Proposée par les Presses universitaires de Rennes à l’occasion de la publication des ouvrages : Petites patries dans la Grande Guerre, sous la direction de Michaël Bourlet, Yann Lagadec et Erwan Le Gall et Les Bretons et la Grande Guerre. Histoire et mémoire, de Didier Guyvarc’h et Yann Lagadec.

TABLE RONDE avec Michaël BOURLET, chef du cours d’histoire militaire, Ecoles de Saint-Cyr-Coëtquidan, Didier GUYVARC’H, maître de conférences à l’IUFM de Bretagne, Alexandre LAFON, docteur en histoire contemporaine à l’université de Toulouse II-Le Mirail, Yann LAGADEC, maître de conférences à l’université Rennes II-Haute Bretagne, Nicolas OFFENSDADT, maître de conférences à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne.

La Grande Guerre conduit à une réaffirmation des identités régionales qui se trouvent paradoxalement renforcées par le combat pour la France. Loin de s’exclure, grande et petites patries tissent ainsi de nouveaux liens du fait du conflit. En savoir plus


Écrivains dans la Grande Guerre

> de 18h15 à 19h15 - Café littéraire, Halle aux Grains

Café littéraire avec : François Angelier, journaliste, essayiste et romancier et Laurence CAMPA, maître de conférences à l’université Paris Est-Créteil, auteure de la biographie Apollinaire (Gallimard).

Écrivains patriotes, écrivains catholiques, écrivains de la paix, ils ont mis leur art à l’épreuve du feu. essayistes et romanciers nous feront partager les vies et destins de ces écrivains anonymes ou reconnus, évoqueront les œuvres interrompues prématurément ou poursuivies et infléchies par la guerre.


Le traité de Paris 1763. La fin de la nouvelle France

> de 18h30 à 20h - Salle des conférences, Château royal de Blois

Proposée par la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA), le Service historique de la défense (SHD), Armand Colin et les Editions Septentrion, à l’occasion de la publication des ouvrages : 1763. Le traité de Paris bouleverse l’Amérique, de Laurent Veyssière, Sophie Imbeault, Denis Vaugeois (éditions Septentrion), La fin de la Nouvelle-France, de Laurent Veyssière et Bertrand Fonck (Armand Colin), La Nouvelle-France en héritage de Laurent Veyssière (Armand Colin).

TABLE RONDE avec Edmond DZIEMBOWSKI, professeur à l’université de Franche-Comté, Bertrand FONCK, conservateur du patrimoine au Service historique de la Défense, Sophie IMBEAULT, éditrice au Septentrion, Denis VAUGEOIS, historien, homme politique québécois et fondateur des éditions du Septentrion, Laurent VEYSSIÈRE, chef de la Délégation des patrimoines culturels.

Le traité de Paris signé le 10 février 1763 met un terme à la guerre de Sept Ans qui a commencé dès 1754 sur le continent américain et en août 1756 en Europe. En Amérique du Nord, le Canada est cédé à la Grande-Bretagne, la Louisiane à l’Espagne (par le traité secret de Fontainebleau du 3 novembre 1762), la France ne conservant que Saint-Pierre et Miquelon et un droit de pêche sur Terre-Neuve. Les relations complexes et souvent passionnées entretenues entre Français et Québécois puisent leurs racines dans l’événement tout à la fois dramatique et fondateur que fut la fin de la Nouvelle-France, sanctionnée par le dénouement de la guerre de Sept Ans. Si l’héritage de ce conflit reste très vif au Québec, comme l’ont montré les débats suscités par la commémoration des événements de 1759, la guerre de Sept Ans, davantage connue sur le Vieux Continent pour les brillantes campagnes de Frédéric II et les défaites subies par la France sur les champs de bataille européens, n’a guère marqué la mémoire française.


Samedi 12 octobre 2013

Des objets au cœur de l’histoire !

> de 9h30 à 11h - Salle Kléber Loustau, Conseil général

Proposée par les éditions Autrement.

TABLE RONDE avec Philippe ARTIÈRES, directeur de recherches au CNRS, auteur de La Banderole. Histoire d’un objet politique, Christophe GRANGER, directeur de la collection Leçons de choses, membre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris 1/CNRS), co-auteur de Le Vase de Soissons n’existe pas ! Et autres vérités cruelles sur l’histoire de France, Éric HAZAN, éditeur et écrivain, auteur de La Barricade. Histoire d’un objet révolutionnaire, Chloé PATHÉ, responsable éditoriale chez Autrement.

Banderole, barricade ou bibelots... Compagnons de vie, marqueurs d’appartenances sociales, les objets portent sans le dire la trace du temps et racontent une histoire individuelle et collective, une histoire de la vie quotidienne et des faits de société. Vous ne regarderez plus les objets de la même manière !


Pourquoi la BD est-elle « partie en guerre » ?

> de 10h à 11h - Café littéraire, Halle aux Grains

Café littéraire avec : Kris, scénariste, et Maël, dessinateur, auteurs de la série Notre mère la guerre (Futuropolis), Jul, scénariste et dessinateur, auteur de la BD Silex and the city (Dargaud), Fabien NURY, scénariste, auteur de la série Il était une fois en France (Glénat) (sous réserve), et Pascal ORY, professeur à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

depuis quelques années, la guerre est omniprésente dans la bd. La guerre d’aujourd’hui, au travers de nombreux bd-reportages, mais également la guerre du passé, et notamment celle du passé proche, à commencer par celles de 14/18 et de 39/45. Pourquoi cette hantise a posteriori ? des scénaristes, des dessinateurs nous aideront à le comprendre.


Entre histoire et science-fiction : nouveaux ennemis et guerres universelles

> de 10h à 11h - Salle 010, Université

Proposée par les éditions Casterman.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE Universal War two par Denis BAJRAM, auteur de bandes dessinées

Trente ans après les événements relatés dans universal War One (1998 – 2006), série SF en six volumes vite devenue une œuvre culte de la bande dessinée, un nouveau cycle narratif commence, centré sur de nouveaux personnages. ici commence la deuxième Guerre universelle !


Recherches de la France

> de 11h15 à 12h15 - Café littéraire, Halle aux Grains

Café littéraire avec : Pierre NORA, directeur d’études à l’EHESS et membre de l’Académie française, et Michel Winock, professeur émérite à Sciences Po Paris.

À l’occasion de la publication de son ouvrage Recherches de la France (Gallimard), Pierre Nora revient sur 50 années de recherches, dédiées notamment à deux siècles d’histoire politique. il fait émerger une manière personnelle d’écrire l’histoire de la France, « une histoire éclatée, où cependant l’analyse approfondie de chaque éclat dit quelque chose de la singularité mystérieuse du tout ».


Cuisines en guerre

> de 11h30 à 12h30 - Salle 004, Université

Proposée par les éditions Jean-Claude Lattès.

COMMUNICATION par Michèle BARRIÈRE, auteure de Le sang de l’hermine et De sang et d’or.

Quand le roman historique revient sur la querelle fratricide que se sont livrée les cuisiniers dans les années 1650 pour imposer la « nouvelle cuisine ». en appui : préparation et dégustation d’une poularde en filets, d’après une recette de François Massialot.


La Terre, l’histoire et nous

> de 11h30 à 13h - Amphi 2, Université

Proposée par les éditions du Seuil.

TABLE RONDE avec Christophe BONNEUIL, chercheur au CNRS, éditeur au Seuil, et Jean-Baptiste FRESSOZ, chercheur au CNRS, auteurs de L’événement Anthropocène, La Terre, l’histoire et nous, Hervé KEMPF, journaliste, rédacteur en chef du site Reporterre, auteur de Fin de l’Occident, naissance du monde.
La Terre, l’histoire et nous. Rencontre avec Hervé Kempf, Jean Baptiste Fressoz et Christophe Bonneuil

La crise environnementale majeure que nous vivons invite les historiens à inventer de nouvelles méthodes, poser de nouvelles questions, inventer de nouveaux récits. C’est pourquoi les éditions du Seuil ont décidé de créer une nouvelle collection pluridisciplinaire autour des enjeux écologiques planétaires, baptisée Anthropocène, que le livre L’événement Anthropocène, La Terre, l’histoire et nous inaugure. En savoir plus


À la recherche des trésors cachés du patrimoine blésois

> de 12h30 à 13h30 - Café littéraire, Halle aux Grains

Proposée les éditions Autrement à l’occasion de la publication du "Mook" : Surprises-sur-Loire

RENCONTRE-DEGUSTATION AVEC l’équipe du Mook des éditions Autrement, Pierre-Gilles GIRAULT, conservateur adjoint du château de Blois, Jessie MAGANA, rédactrice en chef du Mook, Renaud PENNELLE, illustrateur, Jean-Louis PLACE, directeur de la clinique de La Chesnaie, Lauria SEMERIA, viticultrice.


Saviez-vous que Machiavel était venu deux fois à Blois ? Que la région abrite la seule cité agricole de France ? Que le Cheverny a des accents italiens ? 
L’équipe du Mook des éditions Autrement vous convie à une découverte sensuelle des trésors de la région de Blois. Après un échange avec les différents intervenants, une lecture illustrée en direct de la nouvelle de Pierre-Gilles Girault “Machiavel à Blois” sera proposée, suivie d’une dégustation des vins du domaine de Moncy.



La construction du roman historique

> de 14h à 15h - Café littéraire, Halle aux Grains

Café littéraire avec : Chantal THOMAS, directrice de recherche au CNRS, essayiste et romancière.

À l’occasion de la publication de son dernier roman L’Echange des princesses (Seuil), dans lequel Chantal Thomas aborde une nouvelle fois, avec érudition et fantaisie, le XVIIIe siècle, cette rencontre permettra de revenir sur la fabrication du roman historique. Seront ainsi abordées les questions de la vérité dans le roman historique, de l’utilisation des documents, de la mise en scène du récit et des sources d’émotion. une rencontre inédite avec la Présidente du Salon du livre, à la fois chercheure et romancière. En savoir plus


Le journal de Galeazzo Ciano (1939-1943) : le fascisme vu de l’intérieur

> de 14h à 15h - Auditorium de la Bibliothèque Abbé Grégoire

Proposée par les éditions Payot.

PRÉSENTATION DU Journal (1939-1943) de Galeazzo Ciano, édition critique de Pierre Milza, par Jean LEBRUN, journaliste, et Pierre MILZA, professeur émérite à Sciences Po Paris.

Pierre Milza, éminent historien du fascisme, présente un témoignage capital sur la Seconde Guerre mondiale, jamais réimprimé en français depuis 1946 : le journal de Galeazzo Ciano, gendre et Ministre des Affaires Étrangères de Mussolini. En savoir plus


Penser la stratégie, de l’Antiquité à nos jours

> de 14h à 15h - Petit Amphi, ENIVL

Proposée par les éditions Picard.

Conférence par Beatrice HEUSER, professeure, chaire de relations internationales, université de Reading (Grande-Bretagne), auteure de l’ouvrage Penser la stratégie de l’Antiquité à nos jours.

Spécialiste des théoriciens de la guerre, l’auteure présente l’évolution de la pensée et de la théorie sur la guerre, notamment les développements de la stratégie navale et aérienne, de la guerre nucléaire, des concepts de petite guerre et de guérilla. En savoir plus


Les Frondeuses : des princesses révoltées au milieu du XVIIe siècle

> de 14h à 15h - Salle Mansart, Château royal de Blois

Proposée par les éditions Champ Vallon.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE Les Frondeuses. Une révolte au féminin (1643-1661), par l’auteure Sophie VERGNES, professeure agrégée, et Joël CORNETTE, professeur à l’université Paris VIII.

Les « Amazones de la Fronde » et les « intrigantes » du Grand Siècle ont bénéficié d’une historiographie riche mais souvent partisane. Au-delà de l’image d’Épinal de la Grande Mademoiselle tirant le canon de la Bastille sur les troupes de son cousin Louis XIV, il faut revenir aux sources pour comprendre le sens de leur démarche dans le contexte de la régence d’Anne d’Autriche. En s’appuyant sur un ensemble de discours favorables à l’intervention des femmes dans l’espace public, elles mettent en œuvre des moyens originaux reposant notamment sur les liens sociaux, familiaux, amicaux et clientélaires, afin de s’imposer comme des chefs de guerre ou des négociatrices de premier plan entre les partis qui se disputent alors le pouvoir. Sans s’arrêter au succès mitigé que remportent leurs entreprises d’un point de vue militaire, il faut revenir sur leurs ambitions, sur les stratégies qu’elles emploient pour s’imposer comme femmes sur des terrains masculins et sur les représentations dont elles font l’objet, car, au-delà des Frondeuses, c’est la place des femmes dans la société et la conception même du pouvoir qui sont en jeu.


Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours

> de 14h à 15h30 - Amphi 1, Université

Proposée par les éditions Albin Michel à l’occasion de la publication de l’ouvrage Histoire des relations entre juifs et musulmans des origines à nos jours, sous la direction d’Abdelwahab Meddeb et de Benjamin Stora.
TABLE RONDE avec Daniel BERMOND, journaliste, Denis CHARBIT, maître de conférences en sciences politiques à l’Open university d’Israël, Sylvie GOLDBERG, directrice d’études à l’EHESS, Mohammed KENBIB, professeur à l’université Mohammed V de Rabat, Abdelwahab MEDDEB, enseigne la littérature comparée à l’université Paris X, Benjamin STORA, professeur à l’université Paris XIII et à l’INALCO.

Écrire l’histoire des relations entre juifs et musulmans aujourd’hui représente un défi autant qu’une nécessité car, depuis quelques décennies, les juifs ont pour la plupart quitté les pays musulmans où ils avaient jusqu’alors vécu durant des siècles, et le conflit israélo-palestinien a dominé largement la nouvelle scène sur laquelle cette relation se joue aujourd’hui. En savoir plus


Le socialisme en France - Le regard critique de Rosa Luxemburg

> de 14h à 15h30 - Amphi Denis Papin, ENIVL

Proposée par les éditions Smolny.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE Le Socialisme en France. 1898-1912, de Rosa Luxemburg, par Jean-Numa DUCANGE, maître de conférences à l’université de Rouen, et Éric SEVAULT, membre du collectif Smolny.

depuis les débats de la social-démocratie allemande menés par Bernstein et Kautsky, Rosa Luxemburg analyse la guerre de position des ténors du socialisme français, de Jaurès à Guesde et Millerand, autour de la grande affaire qui agite la gauche européenne au tournant du XXe siècle : collaborer avec les gouvernements bourgeois ou rompre avec le système capitaliste.


Du siège de La Rochelle à la prise de Québec : la première guerre franco-anglaise en Amérique du Nord (1627-1632)

> de 14h30 à 15h30 - Salle 004, Université

Proposée par les éditions du Septentrion.

COMMUNICATION par Raymonde LITALIEN, historienne et archiviste, et Éric THIERRY, historien, enseignant, co-auteur de Au secours de l’Amérique française.

La guerre, menée par l’Angleterre dès 1627 pour venir en aide à La Rochelle assiégée par Louis XIII et Richelieu, a eu des prolongements américains méconnus. En juillet 1628, une flotte anglaise a tenté de s’emparer de Québec et a capturé les navires de ravitaillement envoyés par la compagnie des Cent-Associés. Réduits à une quasi-famine, les colons québécois n’ont pas pu résister à une nouvelle attaque, un an plus tard, de même que ceux d’Acadie. La France et l’Angleterre étaient alors pourtant en paix, le traité de Suse ayant été signé le 24 avril 1629. D’âpres négociations ont été menées pour récupérer les possessions françaises en Amérique du Nord. Elles ont abouti au traité de Saint-Germain-en-Laye conclu le 29 mars 1632. Entre-temps, les colons français restés à Québec et en Acadie se sont accommodés de la domination de l’Angleterre. Avec l’aide des Français vivant chez les Indiens, les Anglais ont aussi accaparé la traite des fourrures. La Nouvelle-France a failli disparaître dès la première guerre franco-anglaise en Amérique du Nord.


D’une guerre à l’autre (1939-1962). De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie

> de 14h30 à 15h30 - Salle 008, Université

Proposée par La Louve éditions à l’occasion de la publication de l’ouvrage Un instituteur communiste en Algérie, d’Alexis Sempé.

COMMUNICATION par Alexis SEMPÉ, historien.

En 1939, l’instituteur Gaston Revel, pacifiste de gauche, est envoyé sur la ligne Maginot et participe ainsi à la « drôle de guerre ». Démobilisé, il est nommé à Aïn-Tabia dans le « bled algérien ». Mais le débarquement anglo-américain de novembre 1942 bouleverse la situation de l’Afrique du Nord. En décembre 1942, Revel est de nouveau mobilisé, cette fois dans l’Armée d’Afrique. Après la guerre, il s’engage au Parti communiste algérien dans une lutte intense contre le système colonial dont il devient un adversaire déterminé. La guerre d’Algérie éclate en 1954 et, moins d’un an après, en octobre 1955, l’instituteur communiste est expulsé par l’administration française. Mais depuis la métropole, il continue son combat. À la fin du conflit, en 1962, il choisit de revenir en Algérie désormais indépendante.


Jours de guerre, 1914-1918

Avant-première

> de 15h15 à 16h - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de L’ouvrage Jours de guerre, 1914-1918. Les trésors photographiques du journal "Excelsior" (Les Arènes) par l’auteur Jean-Noël JEANNENEY, professeur émérite à l’Institut d’études politiques de Paris.

Jours de guerre, 1914-1918, est un album illustré qui rassemble 800 photographies inédites de la Grande Guerre. Sélectionnées et commentées par Jean-Noël Jeanneney, ces clichés nous offrent une plongée bouleversante dans un passé qui ressurgit intact, dans la force de l’instant.


Paresse : Mère de tous les vices ou de toutes les vertus ?

> de 15h30 à 16h30 - Auditorium de la Bibliothèque Abbé Grégoire

Proposée par les éditions Armand Colin.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE Paresse. Histoire d’un péché capital, par l’auteur André RAUCH, professeur émérite des universités.

André Rauch nous livre l’histoire inédite et singulière de la paresse du Moyen Age à nos jours et l’évolution des représentations de ce péché tel qu’il apparaît dans la littérature et la peinture.


Présentation du Prix Château de Cheverny de la bande dessinée historique

> de 15h30 à 16h30 - Salle 006, Université


Les défis de l’historien au XXIe siècle

> de 16h15 à 17h15 - Café littéraire, Halle aux Grains

Café littéraire avec : Christophe GRANGER, chercheur associé au Centre d’histoire sociale du XXe siècle, directeur de l’ouvrage à quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au XXIe siècle (Autrement), et Jean-François SIRINELLI, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris et directeur du Centre d’histoire de Sciences Po, auteur de l’ouvrage Désenclaver l’histoire. Nouveaux regards sur le XXe siècle français (CNRS éditions).

Alors que l’histoire se veut plus « globale », que les usages sociaux de l’histoire se multiplient, comment le métier d’historien a-t-il évolué ? Quels sont les nouveaux outils et les nouvelles grilles de lecture qui s’offrent à l’historien pour reformuler savoirs et questionnements ?


Quoi de neuf sur l’Histoire de France ?

> de 16h15 à 17h45 - Amphi 2, Université

Proposée par les Presses universitaires de France à l’occasion de la parution de la nouvelle collection Une histoire personnelle de la France, dirigée par Claude Gauvard.

TABLE RONDE avec Bruno DUMÉZIL, maître de conférences à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense, auteur de Des Gaulois aux Carolingiens (du Ier au IXe siècle), Claude GAUVARD, professeur émérite à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, auteur de Le temps des Capétiens et Le temps des Valois, Jean-Marie LE GALL, professeur à l’université Paris Panthéon-Sorbonne, auteur de L’Ancien Régime.

Quoi de neuf sur l’Histoire de France ? Cette rencontre avec Claude Gauvard, directrice de la collection, Bruno Dumézil et Jean-Marie Le Gall, auteurs, est proposée à l’occasion de la parution de la nouvelle collection « Une histoire personnelle de la France ».
Ce n’est pas un hasard que ce soit l’éditeur de « Que sais-je ? » qui inaugure aujourd’hui une nouvelle approche de l’histoire de France, concise, abordable et de haute tenue scientifique. Une Histoire en 7 volumes, qui pour chacun d’entre eux, est l’expression de la voix singulière d’un historien renommé. Cette collection, initiée en mars 2013 avec Des Gaulois aux Carolingiens, se terminera en 2014 avec La France du XXe siècle.

Alors, quoi de neuf dans notre Histoire de France ?


2012-2013 : UNE ANNÉE VUE PAR LES HISTORIENS

> de 16h30 à 18h - Hémicycle de la Halle aux Grains

à l’occasion du lancement de l’ouvrage L’Actualité au regard de l’histoire. De l’affaire Merah à l’élection du pape François (Autrement, Le Monde, France Culture), dirigé par Jean-Noël Jeanneney.

TABLE RONDE avec Jean-Noël JEANNENEY, président du Conseil scientifique des Rendez-vous de l’histoire, Pap NDIAYE, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, Didier POURQUERY, journaliste au Monde, Florence TAMAGNE, maître de conférences à l’université Lille-III, et Georges VIGARELLO, directeur d’études à l’EHESS.

Élections américaines, mariage gay, élection du pape François, dopage... Resituant les événements de l’année écoulée dans la profondeur du temps, des historiens nous livrent leurs analyses. un autre regard sur l’actualité ! En savoir plus


La guerre au Proche-Orient, regards croisés d’un historien et d’un journaliste

> de 16h30 à 18h - Amphi 3, Université

Proposée par les éditions Tallandier.

TABLE RONDE avec Xavier BARON, journaliste, auteur de l’ouvrage Aux origines du drame syrien, 1918-2013, Hamit BOZARSLAN, directeur d’études à l’EHESS, auteur de Histoire de la Turquie, De l’Empire à nos jours, Guillaume ZELLER, journaliste.

Au cours de cette rencontre animée par Guillaume Zeller, ces deux spécialistes livreront deux analyses complémentaires, l’une ancrée dans le passé et l’histoire, l’autre dans le présent et le témoignage. En quoi le poids des siècles ou des décennies permet de mieux comprendre les violences qui déstabilisent et endeuillent plusieurs régions du Proche-Orient : la Syrie au premier chef, mais aussi Israël et les territoires palestiniens, ou encore le Liban. Le poids de la géographie, de la sociologie, de la religion, de l’économie, de diplomatie suffit-il à éclairer la nature très particulière de cette violence ? Quel fut aussi le rôle des grands leaders dans le modelage de cet environnement si complexe ? Ce débat sera également l’occasion d’identifier les nouveautés radicales apparues récemment dans cette région du globe, marquée notamment par les ondes générées par les « printemps arabes » ou plus récemment par les manifestations massives de la place Taksim à Istanbul. Les conflits d’aujourd’hui ne sont-ils que des déclinaisons contemporaines de déchirures anciennes ? Ou bien présentent-ils des caractéristiques encore mal cernées, dont on n’a pas encore pris conscience en Occident.


Les Japonais et la guerre, 1937-1952, entre unanimité et division

> de 17h à 18h - Salle Mansart, Château royal de Blois

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE Les Japonais et la guerre, 1937-1952, par l’auteur Michael LUCKEN, spécialiste du Japon moderne, et Yann COZ, historien.

Comment les Japonais ont-ils vécu la guerre ? Michael Lucken déconstruit le mythe d’une unanimité belliciste et montre que la société japonaise a été traversée de courants contradictoires dont les conséquences se font encore sentir aujourd’hui.


La République et le cochon

> de 17h30 à 18h15 - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de L’ouvrage La République et le cochon (Seuil), par Pierre BIRNBAUM, professeur émérite à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

De nos jours, le cochon apparaît, dans certains discours politiques, comme un symbole d’une identité nationale menacée par l’immigration. Pierre Birnbaum livre une histoire passionnante de la question de la table partagée dans la République depuis les Lumières, en observant l’émancipation des Juifs.


La guerre du Vietnam vue par un enfant

> de 17h30 à 18h30 - Salle 008, Université

Proposée par les éditions Denoël.

PRÉSENTATION DU ROMAN GRAPHIQUE Une si jolie petite guerre, par l’auteur Marcelino TRUONG.

Marcelino Truong évoquera la guerre du Vietnam vue par un enfant, avec une approche historique profonde grâce au recul de l’auteur sur les événements. En savoir plus


Le conflit afghan

> de 18h30 à 19h30 - Salle Mansart, Château royal de Blois

Proposée par les Presses universitaires de Grenoble.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE Afghanistan, gagner les cœurs et les esprits, par les auteurs Pierre MICHELETTI, médecin de santé publique, professeur associé à l’IEP de Grenoble, et Louis IMBERT, journaliste au Monde.fr.

Cette rencontre aborde le conflit afghan et la fin programmée du temps des Américains et de leurs alliés occidentaux qui devait conduire à la paix et à la démocratie, et réussir à « gagner les cœurs et les esprits ».


Homosexualité, quoi de plus normal ?

Avant-première

> de 18h30 à 19h30 - Café littéraire, Halle aux Grains

Café littéraire avec : Hubert, scénariste de bandes dessinées, Simon HUREAU, dessinateur, et Florence TAMAGNE, maître de conférences à l’université de Lille-III.

À l’occasion du lancement, en avant-première, de l’ouvrage Les gens normaux (Casterman, en partenariat avec bd-BOUM), soutenu par Les Rendez-vous de l’histoire, trois acteurs du projet reviennent sur les témoignages présentés dans cette publication, sur la variété de parcours et de modes de pensée liés à la question du genre, sur le questionnement récurrent sur la norme et les schémas sociaux dominants.En savoir plus


De la Grande Guerre aux Balkans : les guerres de faux-semblants

> de 18h45 à 19h45 - Auditorium de la Bibliothèque Abbé Grégoire

Proposée par les éditions Inculte.

PRÉSENTATION DES OUVRAGES Paris est un leurre et Autopsie des ombres, par l’auteur Xavier BOISSEL.

Auteur du très remarqué Paris est un leurre : la véritable histoire du faux Paris (inculte, 2012), Xavier Boissel revient en septembre 2013 avec son premier roman-document, Autopsie des ombres. Un livre construit à partir de témoignages recueillis auprès des casques bleus de la guerre des Balkans, et des constantes désinformations de ce conflit. Dans son premier livre, Xavier Boissel revenait sur les traces d’un « faux Paris » inventé à la fin de la première guerre mondiale : le gouvernement français avait planifié la construction d’un « double » de Paris, une fausse ville destinée à leurrer d’éventuels pilotes allemands en route pour bombarder la capitale. La fausse ville, dont la construction était prévue près de Maisons-Laffitte, au nord-ouest de la capitale, reproduisait certains éléments marquants du paysage parisien : un bras de Seine, la place de l’Étoile et celle de l’Opéra, les Grands Boulevards, etc. Dans son intervention, Xavier Boissel évoquera les faux-semblants et les leurres stratégiques de ces guerres (de 14-18 et de Yougoslavie), ces guerres de désinformation et de mensonges, d’une ville-leurre de 14-18 aux éléments de langage des communicants de la guerre des Balkans.


Dimanche 13 octobre 2013

Guerres et armées napoléoniennes : nouvelles approches, nouveaux enjeux

> de 9h30 à 11h - Amphi 2, Université

Proposée par la Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives (DMPA), le Service historique de la défense (SHD) et Nouveau Monde éditions à l’occasion de la publication de l’ouvrage Guerres et armées napoléoniennes : nouveaux regards, actes du colloque organisé par le SHD, à l’école militaire le 30 novembre 2012, dirigé par Hervé Drévillon, Bertrand Fonck et Michel Roucaud (Nouveau Monde éditions).

TABLE RONDE avec Hervé DRÉVILLON, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Thierry LENTZ, directeur de la fondation Napoléon ,Marie-Pierre REY, professeure à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Michel ROUCAUD, adjoint de la division archives privées, responsable des fonds privés napoléoniens du SHD.

Au-delà du renouveau suscité par le bicentenaire de la campagne de 1812, c’est l’ensemble de l’historiographie sur les guerres napoléoniennes et leur inscription dans l’histoire européenne qui connaît un profond renouvellement, sollicité par de forts enjeux mémoriels en France comme à l’étranger. Nombreux sont les historiens qui ont défriché de nouveaux champs de recherche, enrichis par la prise en compte des phénomènes transnationaux et par le dialogue avec les travaux menés à l’étranger. Les ambitions de l’histoire totale du fait militaire, de l’histoire culturelle et de la mémoire des conflits, ou encore celles de l’approche anthropologique ou de l’histoire du renseignement, ont rejoint celles de l’histoire sociale des armées, de l’histoire institutionnelle ou de la nouvelle histoire-bataille. Une meilleure appréciation du rôle de l’armée et du fait militaire a ainsi permis une compréhension approfondie de l’Empire dans son ensemble et des rapports entre guerre, politique et société.


Guerre de Kippour : comment Israël s’est fait surprendre

> de 9h30 à 11h - Maison de la Magie

Proposée par les éditions André Versaille à l’occasion de la publication de l’ouvrage La guerre de Kippour n’aura pas lieu. Comment Israël s’est fait surprendre, de Marius Schattner et Frédérique Schillo.

TABLE RONDE avec Elie BARNAVI, historien, et diplomate, ancien ambassadeur de France en Israël. Il est actuellement Conseiller scientifique auprès du Musée de l’Europe à Bruxelles, Marius SCHATTNER, a été trente ans correspondant de l’AFP à Jérusalem, après avoir travaillé à Libération. Il est l’auteur d’Israël, l’autre conflit. Laïcs contre religieux (André Versaille éditeur, 2008) et de Histoire de la droite israélienne (Complexe, 1991). Il a publié des articles dans la revue Esprit et dans Le Monde diplomatique, Frédérique SCHILLO, historienne, spécialiste d’Israël, docteur en histoire contemporaine de l’Institut d’Études politiques de Paris, sa thèse sur “La politique française à l’égard d’Israël, 1946-1959” (André Versaille éditeur, 2012) a reçu, en 2009, le prix Jean-Baptiste Duroselle couronnant la meilleure thèse de Relations internationales. Elle est chercheur associé au Centre de recherche français à Jérusalem (CNRS-MAEE), André VERSAILLE, éditeur.

il y a 40 ans éclatait la guerre du Kippour. depuis un an, les archives se sont ouvertes et des documents « top secret » ont été déclassifiés, ce qui a poussé les auteurs à reprendre l’histoire de cette guerre qui détruisit le mythe de l’invincibilité de l’armée israélienne. En savoir plus


Les témoins de la Grande Guerre

> de 9h30 à 11h - Salle Kléber Loustau, Conseil général

Proposée par les éditions Midi-pyrénéennesn et Edhisto à l’occasion de la publication de l’ouvrage 500 témoins de la Grande Guerre, dirigé par Rémy Cazals.

TABLE RONDE avec Rémy CAZALS, professeur émérite des universités, Jean-François JAGIELSKI, historien, enseignant, Alexandre LAFON, docteur en histoire, Yann PROUILLET, historien, éditeur.

80 ans après l’œuvre magistrale de Jean Norton Cru, la question du témoignage de la Grande Guerre a largement évolué. La publication par François Maspero des Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, dont le tirage va atteindre en 2014 les cent mille exemplaires, a suscité une véritable floraison. On a cherché carnets personnels et correspondances dans les armoires familiales et fait ainsi apparaître le témoignage d’hommes et de femmes qui n’étaient pas, pour la plupart, des professionnels de l’écriture. Les auteurs de 500 témoins de la Grande Guerre ont eux-mêmes participé à ce phénomène éditorial et ils ont pensé, dans le cadre des activités du CRID 14-18, à réaliser un dictionnaire présentant 500 témoins, soldats de toute arme et de tout grade, du 2e classe au général, civils et civiles, notamment celles qui ont tenu un journal en pays envahi.
500 témoins de la Grande Guerre donne pour chacun des témoins une courte biographie ; il explique comment et dans quel contexte chaque témoignage s’est constitué ; il en fournit une analyse mettant en relief les épisodes vécus et les principaux thèmes traités par les auteurs.
Des index permettent de retrouver les noms de personnes et de lieux, les thèmes traités et les numéros des unités pour les militaires. Les nombreuses illustrations donnent à voir des portraits, des groupes familiaux ou de camarades, ainsi que les thèmes favoris des témoins photographes. Car la photo, aussi, fait partie du témoignage de la Grande Guerre.


Chicago : histoire d’une ville mythique

> de 10h à 10h45 - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de l’ouvrage Histoire de Chicago (Fayard/Calmann-Lévy) par l’un de ses auteurs Pap NDIAYE, maître de conférences à l’EHESS et à Sciences Po Paris.

Qu’y a-t-il de singulier, ou non, dans la croissance, les réussites, les contradictions et les transformations de cette grande métropole américaine ?


Le mystère des rois de Jérusalem

> de 10h à 11h - Salle Capitulaire, Conseil général

Présentation de l’ouvrage Le mystère des rois de Jérusalem. 1099-1187 (Albin Michel) par l’auteure Elisabeth CROUZET-PAVAN, professeure à l’université Paris-Sorbonne, et Isabelle HEULLANT-DONAT, professeure à l’université de Reims.

Comment un chef de guerre devient une figure de paix et un élu de dieu au terme d’un parcours initiatique vers une impossible royauté ? Comment, menant une guerre sainte contre les infidèles, le royaume tombe pourtant dans le péché ? Les chroniques contemporaines nous permettent de répondre à ces questions.


Les « siècles d’or » de l’Afrique médiévale

> de 10h à 11h - Salle Lavoisier, Conseil général

Présentation de L’ouvrage Le Rhinocéros d’Or. Histoires du Moyen Age africain (Alma) par François-Xavier Fauvelle-Aymar, directeur de recherches au CNRS.

il est presque impossible de lire des ouvrages historiques en langue française concernant le Moyen Age africain. en pionnier, François-Xavier Fauvelle-Aymar relève ce défi pour le plus grand bonheur des amoureux de l’Afrique et du Moyen Age. il livre une histoire saisissante de l’Afrique subsaharienne entre le Viiie et le XVe siècle.


L’espace politique français de la fin du Moyen Age : connaître et gouverner le royaume des Quatre rivières

> de 10h à 11h - Salle Mansart, Château royal de Blois

Proposée par les éditions Champ Vallon.

PRÉSENTATION DE L’OUVRAGE Le Royaume des quatre rivières. L’espace politique français (1380-1515) par l’auteur Léonard DAUPHANT, maître de conférences à l’université de Lorraine, et Patrick BOUCHERON, professeur à l’université Paris I.

Pendant des siècles, le royaume de France a été défini par quatre rivières frontière : le Rhône, la Saône, la Meuse et l’Escaut. Mais la naissance de la nation France n’a lieu qu’à la fin de la guerre de Cent Ans, au XVe siècle. En ces temps de crise économique et démographique, comment le roi de France parvient-il à remplir le cadre de ces frontières ? Comment peut-il se représenter son royaume et gouverner ces 450 000 km² ?
Fruit d’une méthode originale, ce livre présente une géohistoire politique de la France de la fin du Moyen Âge, illustrée par un atlas de 48 cartes en couleur. Il redonne sa dimension spatiale à l’histoire de la construction nationale en prenant en compte toutes les échelles, pour étudier la formation des frontières ou celle d’une administration territoriale. La culture géographique commune des Français de cette époque se révèle ainsi dans ses spécificités ; leurs façons de se représenter leur pays, de se repérer, de voyager, de communiquer et de gouverner ont eu un impact durable.
Au terme de l’enquête, il est manifeste que la France n’a pas été unifiée par uniformisation ou centralisation, mais par la formation d’espaces sociaux différenciés : des provinces sont gouvernées par le roi, d’autres sont confiées à un gouverneur, à un prince ou à un Parlement. L’unité royale et l’État d’offices se renforcent grâce à l’émergence de pouvoirs locaux fidèles au roi, parallèle à la construction de fortes identités régionales comme en Languedoc ou en Bretagne. Au début du XVIe siècle, la France devient ainsi un État-nation original, État territorial mixte, unitaire et hétérogène. Cette organisation survit jusqu’à la Révolution dans les pays d’Etats et d’élections ; son souvenir structure encore l’identité française.


Revenant de guerre

> de 11h à 11h45 - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de L’ouvrage Le quatrième mur (Grasset) par Sorj CHALANDON, écrivain et journaliste au Canard enchaîné.

Cette histoire se passe au Liban. elle aurait pu se dérouler en Afghanistan, ou encore en Irak. Au-delà de la tragédie d’un pays, c’est la tragédie d’un homme projeté dans la guerre, qui finit par préférer l’état de sidération à la paix.


Les socialistes et l’exercice du pouvoir

> de 11h à 12h30 - Salle Gaston d’Orléans, Château royal de Blois

Proposée par les éditions du CNRS à l’occasion de la publication des ouvrages La Loi et les Prophètes. Les socialistes français et la démocratie représentative, de Gérard Grunberg et Une autre histoire du socialisme, d’Aude Chamouard.

TABLE RONDE avec Jean BIRNBAUM, rédacteur en chef du Monde des livres, Aude CHAMOUARD, enseignante à Sciences Po Paris, Gérard GRUNBERG, directeur de recherche émérite CNRS au CEE, Jean-Noël JEANNENEY, professeur émérite à l’Institut d’études politiques de Paris.

Du socialisme révolutionnaire à l’acceptation du libéralisme par François Mitterrand et François Hollande, de Jaurès à Jospin en passant par Marcel Pivert, Daniel Mayer, Guy Mollet, cette table ronde s’attache à décrypter la relation parfois heureuse, souvent contrariée, toujours passionnante, des socialistes à l’égard du pouvoir et de sa pratique.

Dans l’entre-deux-guerres, les héritiers de Jean Jaurès, au premier rang desquels Léon Blum, se rallient pas à pas au régime d’assemblées et troquent le mythe du Grand Soir contre une approche plus réaliste, réformiste, républicaine, de la pratique du pouvoir. Une mue qui conduira les socialistes, sous l’influence de François Mitterrand, à s’adapter puis à revendiquer la présidentialisation du régime née de la Constitution gaullienne. Pouvoir national, mais aussi pouvoir local : depuis le début du XXe siècle, les socialistes connaissent une forte implantation au sein des villes françaises, où ils assument une politique pragmatique.


De Darwin à Lévi-Strauss. L’homme et la diversité en danger

> de 11h30 à 12h30 - Amphi 2, Université

CONFÉRENCE de Pascal PICQ, paléoanthropologue, professeur au Collège de France, auteur de l’ouvrage De Darwin à Lévi-Strauss. L’homme et la diversité en danger (Odile Jacob).

L’Anthropocène a mis un terme à des millénaires de diversité biologique et culturelle. nous revenons ici sur les travaux des deux grands témoins de ces dévastations : Darwin et Lévi-Strauss. L’homme doit grandir : après l’âge de la foi et celui de la raison, il doit inventer celui de l’empathie.


Combattants de la paix au XXe siècle

> de 11h30 à 12h30 - Auditorium de la Bibliothèque Abbé Grégoire

CONFÉRENCE de Farid ABDELOUAHAB, auteur de l’ouvrage Pacifistes. Les combattants de la paix au XXe siècle (La Martinière).

Le XXe siècle, qui fut le plus destructeur de l’histoire de l’humanité, est aussi marqué par des figures charismatiques qui se sont levées contre la guerre, l’injustice et la barbarie en œuvrant pour le pacifisme. Cette conférence éclaire ces personnalités d’exception qui, hommes politiques ou artistes, religieux ou scientifiques, incarnent le grand combat pour la paix.


Regards intérieurs sur la CGT, le PSU et le PS

> de 11h30 à 12h30 - Salle Mansart, Château royal de Blois

À l’occasion de la publication de l’ouvrage Du syndicalisme au politique, de Pierre Brana (Presses universitaires de Rennes).
TABLE RONDE avec Sylvie GUILLAUME, professeur émérite d’histoire contemporaine, Pierre BRANA, ancien député maire et membre des cabinets de Michel Rocard, auteur du rapport sur le génocide rwandais et Srbrenitza, Pierre ZÉMOR, conseiller d’État honoraire, responsable de la communication de Michel Rocard.

ingénieur, Pierre Brana s’engage à la CGT au retour de la guerre d’Algérie, en y défendant des thèses minoritaires. Au PSU il est proche de Rocard qu’il accompagne au PS. il est membre de ses cabinets et mène une double carrière d’élu local et national. il est l’auteur de rapports sensibles sur des sujets controversés, le rôle de la France au Rwanda, Srbrenitza.


La République en guerre

> de 11h30 à 12h30 - Salle 004, Université

À l’occasion de la publication de l’ouvrage Republics at War, 1776-1840. Revolutions, Conflicts, and Geopolitics in Europe and the Atlantic World, édité par Pierre Serna, Antonino De Francesco, et Judith Miller (Editions Palgrave Macmillan).

TABLE RONDE avec Antonino DE FRANCESCO, professeur à l’université de Milan, Judith MILLER, professeure à l’université d’Emory, Pierre SERNA, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française.

Dans le cadre du festival d’histoire de Blois cette année, pour la première fois, l’Institut d’histoire de la Révolution française souhaite présenter un éditeur anglais et plus particulièrement la maison d’édition Palgrave Macmilan connue entre autres pour sa collection « War , cultures memories » dont les titres illustrent fort bien le thème cette année. Il s’agira de présenter l’ouvrage paru le 20 septembre 2013 « Reûbmocs at war » qui La rencontre se propose de repenser autour d’un collectif d’auteurs américains italiens et français dont la plupart seront à Blois, la question de la nature, des formes de la guerre républicaine qui secoue l’aire atlantique toute la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle. Comment qualifier cette guerre mondiale et comment lui donner un sens politique au cœur des révolutions ?


La France arabo-orientale. Treize siècles de présences

> de 11h30 à 13h - Maison de la Magie

Proposée par les éditions La Découverte à l’occasion des 10 ans de l’ACHAC, des 30 ans des éditions La Découverte et de la publication de l’ouvrage La France arabo-orientale. Treize siècles de présences du Maghreb, de la Turquie, d’Égypte, du Moyen-Orient et du Proche-Orient, dirigé par Pascal Blanchard.

TABLE RONDE avec Pascal BLANCHARD, historien, spécialiste du « fait colonial »,chercheur-associé au Laboratoire Communication et Politique (Cnrs), co-directeur du Groupe de recherche Achac, romancier, Yvan GASTAUT, maître de conférences à l’université de Nice, François GÈZE, PDG des éditions La Découverte, Sandrine LEMAIRE, agrégée, enseignante et docteur en histoire.

depuis le VIIe siècle et les conquêtes arabes, l’histoire de la France arabo- orientale traverse treize siècles, avec les présences de populations maghrébines, proche-orientales et ottomanes dans l’Hexagone. elles ont contribué à bâtir l’histoire politique, culturelle, militaire, religieuse, artistique et économique de ce pays, de l’empire carolingien à la République.


Peut-on être musulman et européen ?

> de 11h30 à 12h30 - Salle Kléber Loustau, Conseil général

Proposée par les éditions Albin Michel à l’occasion de la publication du second tome de l’ouvrage Les Musulmans dans l’histoire de l’Europe : Passages et contacts en Méditerranée.

PRÉSENTATION DE l’OUVRAGE par l’auteure Jocelyne DAKHLIA, directrice d’études à l’EHESS.

La présence en Europe de l’islam comme celle d’un culte musulman n’est pas neuve. Pourquoi dès lors est-elle demeurée invisible ? Par l’étude des dynamiques intégratrices qui animent ces sociétés en contact, Jocelyne Dakhlia nous invite ici à rompre avec la vision classique de deux mondes qui se regardent avec circonspection. En savoir plus


Guerres modernes : guerres économiques ?
> de 12h à 13h - Café littéraire, Halle aux Grains

Café littéraire avec : Olivier GRENOUILLEAU, professeur à Sciences Po Paris, auteur de l’ouvrage Et le marché devint roi (Flammarion), et Thomas PIKETTY, directeur d’études à l’EHESS et professeur à l’École d’économie de Paris, auteur de l’ouvrage Le Capital au XXIe siècle (Seuil).

À l’heure de la mondialisation, la compétition économique entre États et multinationales fait rage, creusant les inégalités. Le capitalisme produirait-il une nouvelle forme de guerre ? un économiste et un historien nous proposent une perspective croisée et un éclairage sur le long terme pour mieux appréhender cet enjeu.


L’histoire a-t-elle un avenir ?

> de 14h à 14h45 - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation des ouvrages Croire en l’histoire et La chambre de veille (Flammarion) par François HARTOG, directeur d’études à l’EHESS.

Quel peut être le sens de l’histoire à une époque qui semble placée sous le signe de l’envahissement du présent et de la fermeture de l’avenir ? Que devient dans ces conditions le travail de l’historien ?


Quand faire commencer l’Histoire de France ? L’apport des mondes anciens à la construction des identités

> de 14h à 15h - Amphi 3, Université

CONFÉRENCE de Bruno DUMÉZIL, maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre, auteur de l’ouvrage Des Gaulois aux Carolingiens (Presses universitaires de France).

en tant qu’entité nationale, la France n’apparaît qu’au second millénaire de notre ère. Pourtant, la synthèse identitaire qu’elle constitue résulte d’apports variés, dont certains remontent aux périodes gauloise, romaine et franque.


Jean-Pierre Guéno et les poilus : une aventure éditoriale et radiophonique

> de 14h à 15h - Auditorium de la Bibliothèque Abbé Grégoire

Proposée par les éditions Les Arènes.

TABLE RONDE avec Jean-Pierre GUÉNO, historien, auteur de l’ouvrage Les Poilus, et un journaliste de Radio France.

En 1998, Jean-Pierre Guéno, alors directeur des éditions de Radio France, lance par un appel sur les ondes l’opération « Paroles de poilus ». Des milliers de lettres sont envoyées et l’ouvrage qui en découle est un immense succès. Le grand public redécouvre la Grande Guerre. Quinze ans plus tard, pour le centenaire, France bleu et France info s’associent de nouveau à Jean-Pierre Guéno et les éditions Les Arènes pour un nouvel ouvrage d’exception.


Les Pieds Nickelés s’en vont en guerre

> de 14h à 15h - Salle des conférences, Château royal de Blois

Proposée par la Librairie Vuibert à l’occasion de la publication de l’ouvrage Les Pieds Nickelés s’en vont en guerre de Louis Forton, présenté par Jean Tulard.

COMMUNICATION par Jean TULARD, historien, membre de l’Institut.

En fan inconditionnel des Pieds nickelés, l’éminent historien Jean Tulard saisit l’occasion de réunir deux de ses passions en présentant cette aventure du trio infernal dans les tranchées. Son regard d’historien nous éclaire sur le contexte et nous permet de comprendre en quoi les Pieds nickelés sont le pur produit de leur époque.


L’humanitaire, nouveau visage de la guerre ?

> de 14h à 15h30 - Salle Kléber Loustau, Conseil général

Proposée par les éditions Vendémiaire.

TABLE RONDE avec Yann BOUYRAT, chercheur associé au Centre d’études des mondes moderne et contemporain de Bordeaux III, auteur de Devoir d’intervenir ? L’expédition « humanitaire » de la France, 1860, Hervé DRÉVILLON, maître de conférences à l’université Paris I, directeur du domaine « Histoire de la défense et de l’armement » de l’IRSEM, Laurent HENNINGER, chargé d’études à l’IRSEM, Marc-Antoine PÉROUSE DE MONCLOS, chargé de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), professeur à l’Institut d’études politiques de Paris (IEP), co-directeur de Le Désastre malien.

Les interventions humanitaires se multiplient, avec l’aval des organisations internationales et souvent l’approbation des opinions publiques. nécessaire remise en cause de la souveraineté d’un État au nom de l’humanité ou impérialisme ? et si l’humanitaire n’était que le nouveau visage de la guerre ? En savoir plus


Écrire l’histoire de la guerre. Passé, présent et avenir du livre d’histoire militaire

> de 14h à 15h30 - Salle Gaston d’Orléans, Château royal de Blois

Proposée par les éditions Perrin.

TABLE RONDE avec Yvan CADEAU, officier et docteur en histoire, affecté au Service historique de la Défense, auteur de La guerre de Corée, Frédéric CHAUVIRÉ, docteur en histoire moderne, chargé de cours à l’université Rennes II, auteur de Histoire de la cavalerie, Bruno COLSON, professeur aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur, maître de recherches à l’Institut de Stratégie et des Conflits, auteur de Leipzig, – Commission Française d’Histoire Militaire, membre du comité de rédaction de la revue britannique War in History, Nicolas GRAS-PAYEN, directeur adjoint des éditions Perrin, Jean LOPEZ, rédacteur en chef de Guerres et Histoire, co-auteur de Joukov.

Le livre d’histoire sur la guerre, toutes périodes confondues, a été considérablement repensé ces dernières années : on ne raconte plus la guerre comme au XXe siècle. de ce point de vue, la France est une exception : les historiens, après avoir longtemps rejeté « l’histoire bataille » sont devenus les acteurs conscients d’un bouleversement des pratiques historiennes et éditoriales vis à vis de l’histoire du fait guerrier.


Information et propagande

> de 15h à 16h - Café littéraire, Halle aux Grains

Café littéraire avec : Fabrice d’Almeida, professeur à l’université Panthéon-Assas, auteur de l’ouvrage Propagande. Une histoire mondiale (La Martinière), et Jean-Noël JEANNENEY, professeur émérite à l’Institut d’études politiques de Paris, auteur de l’ouvrage Les grandes heures de la Presse qui ont fait l’histoire (Flammarion-L’Histoire).

L’information, « 4e pouvoir », représente un enjeu politique et social considérable. Le combat des journalistes pour la liberté d’expression ne doit pas masquer les leurres que la communication a pu mettre en scène pour manipuler les esprits. une histoire croisée de la presse et de la propagande, et de leurs liens, parfois étroits.


Préhistoire : Âge d’Or ou Aubes cruelles ?

> de 15h30 à 16h30 - Salle Capitulaire, Conseil général

CONFÉRENCE de Marylène PATOU-MATHIS, directrice de recherche au CNRS, auteure de l’ouvrage La Guerre à la Préhistoire (Odile Jacob).

L’Homme a-t-il toujours été violent ? La guerre est-elle consubstantielle au genre humain ? Les données croisées de l’archéologie et de l’anthropologie révèlent les raisons qui ont transformé les chasseurs-cueilleurs paléolithiques en sociétés guerrières et l’antériorité de
la violence sur la guerre.


La guerre kanak de 1917, une autre guerre dans la Grande Guerre

> de 15h30 à 17h - Amphi 3, Université

Proposée par les éditions Anacharsis à l’occasion de la publication de l’ouvrage Les sanglots de l’aigle pêcheur. Nouvelle-Calédonie : la guerre kanak de 1917, d’Alban Bensa, Yvon Kacué Goromoedo et Adrian Muckle.

TABLE RONDE avec Alban BENSA, anthropologue, directeur d’étude à l’EHESS du laboratoire Genèse et Transformation des Mondes Sociaux (GTMS), Julie CLARINI, journaliste au Monde, Dewe GORODEY (sous réserve), Ministre de la culture de la province Nord Nouvelle-Calédonie, poétesse.

Durant l’année 1917 chef Noël et d’autres chefs kanak vont déclarer la guerre aux autorités françaises de nouvelle Calédonie. La Grande Guerre offrait l’occasion d’un autre conflit renversant les perspectives ! En savoir plus


Écrire l’histoire aujourd’hui

> de 15h30 à 17h - Auditorium de la Bibliothèque Abbé Grégoire

Proposée par les éditions La Découverte à l’occasion de la publication des deux premiers titres de la collection Écritures de l’Histoire  : Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, d’Olivier Forlin et Histoire et mémoires. Conflits et alliance, de Philippe Joutard.

TABLE RONDE avec François DOSSE, professeur à l’IEP de Paris, directeur de la collection Écritures de l’Histoire, directeur de la collection Écritures de l’Histoire, Olivier FORLIN, maître de conférences à l’université de Grenoble, François GÈZE, PDG des éditions La Découverte, Philippe JOUTARD, professeur à l’université de Provence.

il s’agit, avec la collection Écritures de l’histoire de donner à lire l’échafaudage de l’historien et de s’interroger sur le discours qu’il tient, de rendre visible la fabrique de l’histoire. Cette nouvelle collection permet de se faire l’écho du débat sur l’édition d’histoire et de sciences humaines, à l’occasion des 30 ans des éditions La découverte.


50 ans après, que sait-on de l’assassinat de JF Kennedy ?

> de 16h à 17h - Salle Lavoisier, Conseil général

Proposée par Nouveau Monde éditions à l’occasion de la publication de l’ouvrage L’assassinat de JF Kennedy, histoire d’un mystère d’Etat, de Thierry Lentz.
CONFÉRENCE de Thierry LENTZ, directeur de la fondation Napoléon.

50 ans après l’assassinat de John F. Kennedy, les interrogations restent vivaces. Des organes officiels et des officines obscures ont longtemps soutenu une version très contestable des faits, refusant que les enquêtes soient rouvertes, et traitant avec mépris le travail du House Select Committee on Assassinations (HSCA), qui a conclu en 1979 que le président avait été victime d’une conspiration. Le film d’Oliver Stone a relancé le débat et attisé la curiosité du public. Cette conférence a donc pour objectif de répondre à de nombreuses questions : Combien y a-t-il eu de balles tirées pour combien de tueurs ? Oswald était-il un bouc émissaire et pourquoi l’a-t-on fait taire ? Qui avait un intérêt à voir mourir Kennedy ? Faut-il y voir l’action de la mafia ou des services secrets ? Sa mort a-t-elle eu un impact sur la politique américaine ?


Verdun, 21 février 1916

> de 16h à 17h - Salle Gaston d’Orléans, Château royal de Blois

Présentation de l’ouvrage Verdun, 21 février 1916, Les Journées qui ont fait la France, Gallimard

Avec Paul JANKOWSKI, professeur à l’université Brandeis (Massachussets) et Nicolas OFFENSTADT, maître de conférences à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne,


France, d’où viens-tu ?

> de 16h15 à 17h15 - Café littéraire, Halle aux Grains

Café littéraire avec : Claude GAUVARD, professeur émérite à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, auteur des ouvrages Le temps des Capétiens et Le temps des Valois (PUF), et Sylvain VENAYRE, maître de conférences à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, auteur de l’ouvrage Les origines de la France. Quand les historiens racontaient la nation (Seuil).

La rencontre entre Claude Gauvard, qui dirige une nouvelle « histoire personnelle de la France » et Sylvain Venayre, qui interroge le « roman national » élaboré depuis le XIXe siècle, sera l’occasion de revenir sur le mystère et « la hantise des origines » de la France.


Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire

> de 17h30 à 18h15 - Café littéraire, Halle aux Grains

Présentation de L’ouvrage Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire (Seuil) par l’auteur Dominique KALIFA, professeur à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne.

Gueux et marginaux, misérables et prostituées, criminels et détenus : quelles sont les réalités de ce monde interlope ? Et quelle est sa signification pour une société qui le repousse, mais qu’en parallèle il fascine ?

Articles de cette rubrique

0 | 10

Galerie

Fonds MAIF pour l'éducation