Débats, conférences magistrales et communications

Tout le programme jour par jour des débats, sur le thème de la guerre ou sur l’actualité de l’histoire. Dans cette rubrique, retrouvez la programmation établie par le Conseil scientifique des Rendez-vous de l’histoire (nous en profitons pour saluer le formidable travail que ses
membres accomplissent à nos côtés tout au long de l’année) identifiée par un « projecteur » Projecteur : débats / conférences proposé(e)s par le Conseil scientifique Retrouvez également toutes les propositions de nos partenaires et amis du festival qu’il s’agisse de sociétés savantes, associations de promotion, universités, laboratoire de recherche, revue, etc.
Légende : les événements grisés ne s’inscrivent pas dans le thème de l’édition 2013 mais traitent de l’actualité de l’histoire dans son ensemble.

mise en ligne en cours...

JEUDI 10 OCTOBRE

Y a-t-il une science de la guerre ?

De 14h à 15h30 - Maison de la Magie

TABLE RONDE avec Alessandro BARBERO, professeur à l’université du Piémont oriental, Gérard CHALIAND, spécialiste de l’étude des conflits armés et des relations internationales et stratégiques, Jean LÉVI, spécialiste de la Chine, directeur de recherches au CNRS, Giusto TRAINA, professeur à l’université de Paris IV-Sorbonne.

La pensée stratégique se réclame toujours de ses « classiques », mais l’art de la guerre a connu plusieurs tournants, strictement liés aux progrès de la science et de la technique, et aussi aux changements géopolitiques qui ont fini par remettre en cause les catégories traditionnelles de la stratégie.


Survivance, regard sur la guerre en Bosnie

De 14h30 à 15h30
Salle Lavoisier,Conseil général

CONFÉRENCE de Florence HARTMANN, journaliste et Denis PAILLARD, photographe.

Il y a 20 ans, la Bosnie connaissait la guerre. En 1994, naît le groupe « Mères pour la paix » qui vient en aide aux mères et enfants victimes de ce conflit. Denis Paillard, photographe lillois, pose son regard sur ce pays qui tente de se reconstruire. Conférence en lien avec l’exposition Survivance au cloître du Conseil général du 10 octobre au 15 novembre.


La guerre dans les collections des musées de la Région Centre

De 15h30 à 17h - Salle Mansart, Château royal de Blois

Carte blanche à l’Association des personnels scientifiques des musées de la Région Centre (APSMRC).

TABLE RONDE avec Pierre-Gilles GIRAULT, président de l’APSMRC, directeur adjoint du Château de Blois, Valérie MAILLOCHON, chargée de mission auprès de l’APSMRC, Marion MÉNARD, responsable des expositions virtuelles de l’APSMRC, chef du service des expositions au COMPA à Chartres.

Le thème retenu cette année concerne la guerre autour de nombreux objets (armes, uniformes, souvenirs de guerre...) et de représentations peintes, sculptées et gravées issues des collections des musées de la région Centre.


Les prisonniers de guerre et la violence guerrière : état de droit et droit de l’État

De 16h à 17h30 - Maison de la Magie

TABLE RONDE avec Yann LAGAdEC, maître de conférences à l’université Rennes II Haute- Bretagne, Gabriel MARTINEZ-GROS, professeur à l’université de Paris Ouest Nanterre, Daniel PALMIERI, historien, responsable de la recherche historique au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à Genève, Marie-Pierre REY, professeure à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Fabien THÉOFILAKIS, docteur en Histoire, à l’université de Paris Ouest Nanterre La défense et Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung.

Si le prisonnier est aussi ancien que la guerre, son traitement a considérablement évolué dans l’histoire. La table ronde aborde le rôle de l’État dans l’évolution du statut du captif et de ses représentations du Moyen Age aux guerres nouvelles.


De la dette citoyenne au devoir universel : l’engagement volontaire des Juifs dans les conflits armés de 1792 à 1945

De 15h30 à 17h - Salle Kléber Loustau,
Conseil général

Carte blanche au Musée d’art et d’Histoire du Judaïsme.

TABLE RONDE avec Mathias DREYFUSS, responsable de service éducatif au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, Anne-Hélène HOOG, conservateur en charge des collections historiques et judaïca, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, Philippe LANDAU, historien, conservateur des Archives de l’Association consistoriale de Paris, Stéphane LEROY, historien, université de Lorraine, Renée POZNANSKi, historienne, professeure à l’université Ben Gourion du Negev.

des historiens discuteront les aspects, pour certains méconnus, de l’histoire du sentiment patriotique et politique des Juifs qui a trouvé à s’exprimer lors des grands conflits armés du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle.


De la guerre comme affrontement historiographique

De 17h30 à 19h - Salle Kléber Loustau, Conseil général

Carte blanche à la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale

TABLE RONDE avec Damien BALDIN, Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, André LOEZ, professeur en classes préparatoires à Paris, membre du CRID 14-18, Nicolas MARIOT, chargé de recherches, CNRS, Hervé MAZUREL, maître de conférences à l’université de Bourgogne, Emmanuel SAINT-FUSCIEN, maître de conférences, EHESS.

Au-delà de la controverse caricaturale contrainte/consentement, il s’agira ici de discuter des véritables enjeux historiographiques et épistémologiques qui animent la recherche sur la Première Guerre mondiale et sur le phénomène guerrier en général.


La guerre de 30 ans (1618 - 1648)

De 18h à 19h - Salle Lavoisier, Conseil général

CONFÉRENCE de Gérald CHAIX professeur émérite à l’université de Tours et Étienne FRANÇOIS, professeur émérite à l’université de Paris i Panthéon- Sorbonne et à l’université Libre de Berlin.

« Lieu de mémoire » d’une Allemagne dévastée, signe d’une « crise » politique, économique, sociale, religieuse et culturelle, qui affecte l’Europe entière, la guerre de Trente ans continue de mobiliser les historiens. Que retenir de cette historiographie surabondante ? Comment enseigner cette première grande guerre européenne ?


La reconstruction de Blois après la Seconde Guerre mondiale

De 18h à 19h30
Salle des conférences, Château royal de
Blois

Carte blanche à la Direction de l’Inventaire du Patrimoine de la Région Centre.

CONFÉRENCE d’Aurélie de DECKER, conservatrice du patrimoine, chercheuse à la direction de l’inventaire du Patrimoine.

La direction de l’inventaire du Patrimoine de la Région Centre vient d’achever une étude des quartiers reconstruits de Blois. La conférence proposée en présentera les principaux résultats.


VENDREDI 11 OCTOBRE

Les blessures invisibles

De 9h30 à 11h - Amphi 3, Université

Carte blanche à la revue Inflexions (état-major / Cabinet / Revue Inflexions)

TABLE RONDE avec Patrick CLERVOY, médecin chef des services, chef du service psychiatrie de l’hôpital d’instruction des armées de Sainte-Anne, Toulon, Jean-Luc COTARD, colonel, directeur de Tri Ad Communications, Haïm KORSIA, Grand rabbin, aumônier israélite en chef des armées, Laurent PAPILLAULT DES CHARBONNERIES, médecin en chef des armées, Anne NIVAT, grande reporter de guerre.

La guerre ne détruit pas seulement les corps ; elle s’attaque aussi aux esprits. La confrontation à la mort n’est pas neutre. Même les soldats les plus aguerris sont vulnérables.


Aux origines de la Grande Guerre : vérités officielles et controverses historiographiques

De 9h30 à 11h - Salle des conférences, Château royal de Blois

Carte blanche aux Archives de France / Archives Diplomatiques

TABLE RONDE avec Robert FRANK, professeur à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, Jean- Michel GUIEU, maître de conférences à l’université de Paris I, Gerd KRUMEICH, historien, professeur émérite de l’université Heinrich Heine, Düsseldorf, Vincent LANIOL, agrégé d’histoire, attaché scientifique de l’Institut Pierre-Mendès France.

en se fondant notamment sur les archives diplomatiques, les intervenants présenteront les débats autour de la responsabilité dans le déclenchement de la Grande Guerre, de 1914 à nos jours.

lire la suite


Clausewitz, la France et la guerre

De 10h à 11h - Amphi 2, Université

CONFÉRENCE de Benoît DURIEUX, colonel.

La postérité de Clausewitz agit comme un révélateur de la diversité des conceptions de la guerre en France depuis deux siècles. Ceci révèle quelque chose de la nature de la guerre comme modalité de la relation humaine et éclaire nos défis stratégiques.


Ouverture officielle des Rendez-vous de l’histoire

De 10h à 11h - Hémicycle de la Halle aux Grains

Mots de bienvenue aux enseignants et au public par les représentants des institutions publiques. Présentation du thème « La Guerre » par Jean-Noël JEANNENEY, président du Conseil scientifique des Rendez-vous de l’histoire.


Enseigner la guerre

De 11h30 à 13h - Hémicycle de la Halle aux Grains

Proposée par l’Inspection générale de l’éducation nationale

TABLE RONDE avec olivier CHALINE, professeur des universités à l’université de Paris Sorbonne, directeur du laboratoire d’histoire et d’archéologie maritime, Olivier FORCADE, professeur des universités à l’université de Paris IV Sorbonne, directeur des Presses à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne (PUPS), Tristan LECOQ, inspecteur général de l’Éducation nationale, professeur des universités associé à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

La guerre se comprend et s’enseigne : l’histoire de la guerre, l’histoire de l’État, l’histoire des relations entre États ; l’histoire des formes du conflit et la ligne de partage contemporaine entre la paix et la guerre, entre la défense et la sécurité. Sur mer, une prise en compte des réalités géographiques, l’étude de l’articulation stratégique terre-mer, les opérations comme objet d’analyses historiques. Les relations entre l’histoire, l’enseignement des grands conflits du XXe siècle et celui de leurs mémoires plurielles.


Faire la guerre à la montagne, histoires et mémoires

De 11h30 à 13h - Amphi 2, Université

Carte blanche au Tourisme de mémoire 14-18, Front des Vosges, Haute Alsace Tourisme

TABLE RONDE avec Hervé DRÉVILLON, professeur d’histoire moderne à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Nicolas OFFENSTADT, maître de conférences à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Yann PROUILLET, historien, Oliver SCHULZ, chercheur en histoire contemporaine.

Pendant la Grande Guerre, sur de nombreux fronts les soldats se battent dans les régions montagneuses. Quels sont les traits propres de ces affrontements ? Comment jouent le relief et les climats spécifiques ? Comment les soldats ont-ils perçu et raconté leurs expériences de guerre en montagne ?


Histoires d’armes, de l’âge du bronze à l’ère atomique

De 11h30 à 13h - Salle Gaston, Château royal de Blois

Carte blanche au Musée de l’Armée

TABLE RONDE avec François COCHET, professeur des universités, François LAGRANGE, Christophe LARRIBERE, Olivier RENEAUDEAU, Jean- Marie VAN HOVE.

instruments de la guerre, les armes ne sont pas que des outils témoignant de l’évolution technologique des modes de combat. elles sont également très significatives de l’état social, économique, politique voire psychologique des sociétés qui les mettent en œuvre.

En lien avec l’exposition « Histoire d’armes » au Château royal de Blois, du 6 juillet au 3 novembre


Les enjeux de la guerre économique

CCI de Loir et Cher

De 11h30 à 13h - Amphi rouge, Campus de la CCIl

Débat parrainé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de
Loir-et-Cher

TABLE RONDE avec Yann DECORZANT, maître de conférences à l’université de Genève, Axelle DEGANS, professeure agrégée enseignant l’histoire, la géographie et la géopolitique en classes préparatoires ECS (ex HEC) au lycée Dessaignes de Blois, Christian HARBULOT, directeur de l’École de Guerre Économique, Jean-Marc HUISSOUD, directeur de l’ESC Grenoble et directeur du festival de géopolitique de Grenoble, Bernard MARIS, économiste.

L’Europe c’est la paix, et pourtant... Désindustrialisation, dumping, déficits sont les armes d’une guerre économique mondiale au cœur du libre- échange. Les matières premières, les terres, l’eau en sont les enjeux comme nos emplois et notre survie ; une question donc de puissance et de souveraineté.


La guerre dans l’Antiquité

De 11h30 à 13h - Amphi vert, Campus de la CCI

Carte blanche à la Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université (SOPHAU) et à la Revue des études Militaires Anciennes (REMA).

TABLE RONDE avec Christophe BATSCH, maître de conférences à l’université de Lille, Pascal BUTTERLIN, professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Jean- Christophe COUVENHES, maître de conférences à l’université de Paris IV-Sorbonne, Patrice FAURE, maître de conférences à l’université Jean Moulin Lyon III, Sylvain JANNIARd, maître de conférences à l’université François Rabelais de Tours, Yann LE BOHEC, professeur émérite à l’université de Paris IV-Sorbonne.

Les études militaires antiques s’intéressent à l’histoire-batailles qui sera évoquée, tant la guerre fait partie du quotidien, mais aussi aux soldats et aux civils et à leur vécu en temps de guerre.


La Grande Guerre face à sa commémoration

De 14h à 15h - Hémicycle de la Halle aux Grains

CONFÉRENCE d’Antoine PROST, professeur émérite à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Quelle guerre cette immense mobilisation sociétale décrit- elle ? Quel rapport y a-t-il entre la guerre commémorée et la guerre qui a eu lieu ? Quels sont les aspects que la commémoration privilégie ? Ceux qu’elle minimise ou qu’elle tait ? Ceux qu’elle déforme ou travestit ? Les commémorations ne sont jamais totalement fidèles à l’histoire, mais les infidélités sont significatives. Ce sont elles qu’on se propose de mettre en évidence en confrontant sur ce cas précis l’histoire et la mémoire en marche.


Qu’est devenu le métier de reporter de guerre aujourd’hui ?

De 14h à 15h30 - Maison de la Magie

Débat d’actualité proposé par Marianne

TABLE RONDE avec les journalistes Florence AUBENAS, Alfred de MONTESQUIOU, Jonathan RANDAL, Pierre BAYLE, directeur de la DICOD (délégation à l’inbformation et à la communication de la défense), modérateur Max ARMANET.

Le Reporter de guerre va sur place, là où l’action se passe, puis témoigne. Fonction essentielle à la compréhension des événements. Avec l’émergence de guerres dissymétriques, les conditions de l’exercice du métier de reporter de guerre ont profondément changé. Focus sur la situation.


Les hommes, les dieux et la guerre

De 14h à 15h30 - Amphi 1, Université

TABLE RONDE avec Xavier BONIFACE, professeur à l’université du Littoral, Philippe BUC, Philippe MARTIN, professeur à l’université de Lyon II, Nicolas RICHeR, professeur à l’ENS Lyon, Claire SOTINEL, professeure à l’université de Paris XIII, Créteil.

on implore les dieux, ou dieu, pour la victoire, on leur demande protection. La guerre modifie les comportements religieux des militaires et des civils. Quelles relations entre les hommes et les dieux dans les guerres, de l’Antiquité au XXe siècle ?


Alimenter les villes en guerre. Une question stratégique de l’Antiquité à nos jours

Carte blanche à l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA), Université de Tours.

De 14h à 15h30 - Salle Kléber Loustau, Conseil général

TABLE RONDE avec Thibaut BOULAY, maître de conférences à l’université de Tours, Emmanuelle CRONIER, maître de conférences à l’université d’Amiens, Bruno LAURIOUX, professeur, Versaille - Saint-Quentin, Patrick RAMBOURG, historien, chercheur associé à LEA, université de Tours, Jean- Pierre WILLIOT, professeur à l’université de Tours.

Que la ville soit en état de siège, sous le feu de l’artillerie ou affamée par ses assaillants, pour- voir à l’alimentation de ses habitants est un enjeu stratégique. Les réserves épuisées, tout repose sur l’ingéniosité culinaire ou sur d’invraisemblables innovations.


Imaginaires de guerre en période de Guerre Froide : France année 1950

De 14h à 15h30 - Amphi vert, Campus de la CCI

Carte blanche à l’Institut d’histoire du temps présent
(IHTP-CNRS)

TABLE RONDE avec olivier BUTTNER, animateur du réseau des correspondants départementaux de l’IHTP-CNRS, Pascal GIRARD, professeur agrégé, correspondant départemental de l’IHTP, Christian INGRAO, directeur de l’IHTP, isabelle MICLOT, professeure, correspondante départementale de l’IHTP.

Comment la France des années 50 s’est-elle représentée la « guerre qui venait » ? Imaginaire nucléaire, 5e colonne, exodes constituent des représentations incontournables de la mentalité de ceux, civils ou militaires, chargés de préparer le pire.


Une nouvelle histoire intellectuelle ? Quand les œuvres et le travail intellectuel s’apparentent aux pratiques sociales

De 14h à 15h30 - Amphi rouge, Campus de la CCI

Carte blanche à la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine (RHMC), Editions Belin

TABLE RONDE avec Antoine LILTI, directeur d’études à l’EHESS, Frédérique MATONTI, professeure à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Philippe MINARd, comité de rédaction de la RHMC, professeur à l’université Paris VIII-Vincennes-Saint-denis, Christophe PROCHASSON, directeur d’études à l’EHESS, Jean SOLCHAnY, maître de conférences à l’IEP-Lyon II, Stéphane VAn DAMME, institut européen, Florence.

une nouvelle histoire intellectuelle émerge depuis peu en europe. en proposant de considérer les œuvres et le travail intellectuel comme des pratiques sociales, elle permet d’en saisir à la fois le sens et les appropriations multiples.


En finir avec les guerres du Vietnam : perspective coloniale et contexte de Guerre Froide

De 14h15 à 15h45 - Amphi 2, Université

Table ronde proposée par l’Association des Professeurs d’Histoire Géographie (APHG)

TABLE RONDE avec Pierre ASSELIN, université d’Hawaï Pacific, Pierre JOURNOUD, INHED et université Cornell, Jacques PORTES, professeur émérite, Paris VIII, président d’honneur APHG, Alain RUSCIO, chercheur indépendant.

Alain Ruscio évoquera la guerre d’Algérie en perspective, Pierre JOURNOUD traitera de la politique de la France par rapport au Vietnam, Pierre Asselin et Jacques Portes traiteront des négociations de paix entre les États-unis et le Vietnam.


Résister aujourd’hui ?

De 14h30 à 16h - Petit amphi, ENIVL


Carte blanche au Centre intercommunal d’action sociale (CIAS)

TABLE RONDE avec Sylvain GIRAUD, médiateur culturel, chorégraphe, Thierry MARIN, psychologue, Mathieu MUSELET, directeur de la Fédération des Œuvres Laïques (FOL).

débat illustré par les spectacles de la troupe du CiAS en partenariat avec l’ALGP autour de la question « Comment résister aujourd’hui. Pourquoi, pour qui, comment sommes-nous en guerre... ou pas ».


Étrangers dans la guerre. Quand une page se tourne, la patrimonialisation d’un engagement

De 14h30 à 16h - Amphi Denis Papin, ENIVL

Carte blanche au Musée de l’histoire de l’immigration – Palais de la Porte Dorée

TABLE RONDE avec Philippe HANUS, historien, université de Grenoble, chercheur associé Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes, Hélène du MAZAUBRUN, chargée de collection, responsable de la Galerie des dons, Marie POINSOT, rédactrice en chef de la revue Hommes & Migrations, responsable du département Édition de l’EPPPD - Cité nationale de l’histoire de l’immigration, Alain SEKSIG, inspecteur de l’Éducation nationale, membre du Haut conseil à l’intégration.

« Reconnaître, se souvenir et transmettre ». Quand les derniers survivants et les témoins des deux conflits mondiaux ont disparu, comment préserver et faire vivre leur mémoire ? Comment transmettre le sens de leur combat pour éclairer les enjeux du temps présent ?


Le Mali, les enjeux d’une guerre

De 15h30 à 17h - Hémicycle de la Halle aux Grains

Débat d’actualité proposé par le journal Le Monde

DIALOGUE entre Jean-Yves LE DRIAN, Ministre de la défense et Natalie NOUGAYRÈDE, directrice du journal Le Monde.


Marc Ferro, témoin, acteur, historien des guerres

De 16h à 17h - Amphi 1, Université

CONFÉRENCE de Marc FERRO, directeur d’études à l’EHESS.

Combattant FFi au maquis du Vercors au sein du 6e Bataillon de Chasseurs Alpins, puis témoin et participant après 1948 aux événements d’Algérie, comme cofondateur à Oran de « Fraternité algérienne », mouvement associant les deux communautés, historien ensuite – nommé aux Annales par Fernand Braudel-, Marc Ferro n’a cessé de se poser des questions sur le devoir de réserve, le devoir de témoin, le devoir d’historien – une guerre intérieure quelquefois difficile à maîtriser.


Guerres, femmes et genre :
la guerre a-t-elle un sexe ?

De 16h à 17h30 - Salle Kléber Loustau, Conseil général

en lien avec l’association Mnémosyne (Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre)

TABLE RONDE avec Aurélie DAMET, maîtresse de conférences à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Véronique GARRIGUES, docteure en histoire à l’université de Toulouse II, Claude GAUVARD, historienne, professeure émérite à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Louis-Pascal JACQUEMOND, inspecteur d’académie honoraire, inspecteur pédagogique régional, isabelle HEULLANT-DONAT, Professeure à l’université de Reims Champagne-Ardenne, Fabrice VIRGILI, directeur de recherche au CNRS.

Le débat croise les nouvelles approches historiographiques de la guerre, au-delà de seules violences, avec l’étude renouvelée des relations hommes-femmes. il abordera les rôles masculins et féminins, les transformations du genre, et l’effet des stéréotypes dans les faits guerriers des diverses sociétés depuis l’Antiquité.



Le Front national est-il d’extrême droite ?

De 16h à 17h30 - Maison de la Magie

Débat d’actualité proposé par le journal Le Monde.

TABLE RONDE avec Alexandre DEZÉ, maître de conférences - université Montpellier I, Jean-Yves CAMUS (sous réserve), chercheur, essayiste, politologue, Gérard COURTOIS, directeur éditorial au Monde, Sylvain CRÉPON (sous réserve), université Paris Ouest Nanterre, Caroline FOUREST, essayiste, journaliste, Nonna MAYER (sous réserve), docteure en Sciences politique, directrice de recherche au CNRS .


La présence américaine en Loir-et-Cher et en Touraine 1917-1919 : quelles traces patrimoniales aujourd’hui ?

De 16h à 17h30 - Amphi vert, Campus de la CCI

Carte blanche à l’Association des Professeurs d’histoire géographie Région Centre (APHG Centre)

TABLE RONDE avec Éric ALARY, président de l’APHG Centre, agrégé d’histoire, Jérôme DANARD, président de France États-unis Loir-et-Cher, Francine HOVASSE, anciennement présidente de l’association France-États-unis Touraine.

La région Centre fut de 1917 à 1919 l’un des hauts lieux de l’intendance de l’armée américaine. À travers de nombreux exemples cette table ronde cherchera à en souligner les traces patrimoniales.


La Nation, facteur de guerre ou de paix ?

De 16h à 17h30 - Amphi rouge, Campus de la CCI

Carte blanche à l’Institut Français de Géopolitique - Revue Hérodote

TABLE RONDE avec Frédéric ENCEL, enseignant à l’ESG Management School, Agnès de GEOFFROY, coordinatrice à l’antenne CEDEJ à Karthoum, Béatrice GIBLIN, professeure des universités, directrice de la revue, Marc-Antoine PÉROUSE de MONTCLOS, professeur à l’université Paris VIII, institut Français de Géopolitique.

La nation est souvent perçue comme facteur de guerre. Si les guerres inter-étatiques sont plus rares, en revanche les guerres infra-étatiques sont plus fréquentes. Sont-elles dues à la fragilité de l’unité nationale ?


Qui déclare la guerre ne la gagne pas forcément

De 17h à 18h – Salle Mansart, Château royal
de Blois

Carte blanche au Palazzo Ducale de Gênes dans le cadre de l’échange entre La Storia in Piazza et les Rendez-vous de l’histoire.

CONFÉRENCE de donald SASSOON, commissaire du festival Storia in Piazza et chargé des relations internationales, professeur émérite d’histoire européenne comparée.

Comme toutes les actions humaines, les guerres sont des constructions historiques qui impliquent des énergies matérielles, morales et créatrices. Alors que les historiens sont obsédés par les causes des guerres, qui souvent changent selon l’évolution des événements, le vrai mystère ce sont leurs conséquences imprévisibles.


Les cardinaux-ministres et la guerre
de Georges d’Amboise à Fleury (fin
XVe-XVIIIe siècle)

De 17h à 18h - Salle des conférences, Château royal de Blois

À l’occasion de la publication de l’ouvrage La monarchie ecclésiale. Le Clergé de Cour en France à l’époque moderne (Champ Vallon).

En partenariat avec les Amis du Château et des Musées de Blois.

CONFÉRENCE de Benoist PIERRE, professeur à l’université François-Rabelais de Tours, au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance et membre junior de l’institut universitaire de France.

L’époque moderne se caractérise par des systèmes politiques qui accordent à de hauts dignitaires d’Église une place de choix et même parfois une position centrale. dans quelle mesure leur statut d’ecclésiastique a-t-il pu influer sur leur façon de penser et de faire la guerre, de l’éviter ou d’en sortir ?


Enfants au combat. Révolutions, guerres, génocides, XIXe XXIe siècles

De 17h30 à 19h - Amphi 1, Université

TABLE RONDE avec Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, directeur d’études à l’EHESS, Hélène DUMAS, EHESS, Quentin DELUERMOZ, maître de conférences à l’université Paris XIII, Jean-Marc LARGEAUD, université de Tours.

L’historiographie française est encore largement balbutiante s’agissant des expériences de guerres enfantines. on interrogera la place des enfants, comme victimes mais aussi comme acteurs des épisodes de violence les plus marquants des XIXe – XXe siècles.


Les usages idéologiques des guerres antiques, XIXe-XXIe siècles

De 18h à 19h30 - Amphi rouge, Campus de la CCI

Carte blanche au Centre Tourangeau d’histoire et d’études des sources (CeTHIS)

TABLE RONDE avec Gerbert BOUYSSOU, ATER à l’université François- Rabelais de Tours, Johann CHAPOUTOT, maître de conférences à l’université Pierre-Mendès-France de Grenoble, Sylvain JANNIARD, maître de conférences à l’université François-Rabelais de Tours, Pascal PAYEN, professeur à l’université de Toulouse II- Le Mirail, Giusto TRAINA, professeur à l’université de Paris IV Sorbonne.

Les guerres antiques sont au centre d’enjeux idéologiques depuis le XiXe siècle au moins : des choix politiques peuvent déformer l’écriture de leur histoire ; dans l’espace public, elles justifient souvent des pratiques et des discours contemporains.


La République, ses territoires et ses fractures : vers une nouvelle carte de la France ?

De 18h à 19h - Amphi Denis Papin, ENIVL

Parrainée par ERDF-Direction territoriale du Loir-et-Cher

CONFÉRENCE de Laurent DAVEZIES, professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers, titulaire de la chaire « Économie et développement des territoires », intervenant dans les Masters « Stratégies territoriales et urbaines » de Sciences Po Paris.

En écho aux ouvrages qu’il a publiés au Seuil, collection « La République des idées », (La République et ses territoires. La circulation invisible des richesses, en 2008, et La Crise qui vient, nouvelles fractures territoriales en 2012) Laurent Davezies proposera une analyse fine de la menace d’un développement inégalitaire des territoires à l’heure de la crise.


Peut-on faire la guerre au terrorisme ?

De 17h30 à 19h - Hémicycle de la Halle aux Grains

Débat d’actualité proposé par le journal Le Monde

TABLE RONDE avec Jean BiRNBAUM, journaliste au journal Le Monde, Gilles KEPEL, professeur des universités à Sciences Po Paris, isabelle SOMMIER, professeure à l’université Paris i Panthéon-Sorbonne, Rama Yade, ancienne ministre, vice-présidente du Parti Radical


La guerre de Cent ans a-t-elle eu lieu ?

De 18h15 à 19h15 - Amphi 2, Université

CONFÉRENCE de Philippe CONTAMINE, membre de l’institut,
professeur émérite à l’université de Paris i Panthéon-Sorbonne.

L’expression « guerre de Cent ans » est apparue en français au début du XIXe siècle. Assez rapidement, les autres langues, les autres historiographies l’ont adoptée. on se propose d’examiner sa pertinence, autre que pédagogique, ainsi que la nature du conflit qu’elle est censée désigner : une seule guerre, une querelle féodale, une rivalité dynastique, un antagonisme déjà national, ou bien tous ces éléments à la fois, mais dans quelles proportions et celles-ci, sur un siècle, demeurèrent-elles inchangées ?


La journaliste et l’historien : regards croisés sur la guerre de Syrie

De 18h à 19h30 - Maison de la magie

Rencontre proposée par la Scam.

DIALOGUE entre Florence AUBENAS, journaliste et Maurice SARTRE, professeur émérite à l’université de Tours, animé par Pascal ORY, professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne et président de la commission de l’écrit de la Scam.

On l’oublie trop : « histoire » a d’abord signifié, chez les Grecs du temps d’Hérodote, « enquête ». Les sciences sociales, dont l’histoire, sont donc cousines entre elles et cousines, aussi, du journalisme. La Scam, première société d’auteurs pour la non- fiction (33.000 adhérents), propose ici un dialogue entre Florence Aubenas et Maurice Sartre sur leur commune expérience syrienne. Triste actualité d’un drame qui remonte haut...

Conférence retransmise pendant le festival sur les sites internet du Conseil général : www.culture41.fr, www.le-loir-et-cher.fr


Jean Jaurès. Combattre la guerre

De 19h à 20h - Salle Gaston d’Orléans, Château royal de Blois

Proposée par la Fondation Jean Jaurès.

CONFÉRENCE de Vincent DUCLERT, chercheur au Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron à l’EHESS.

Jean Jaurès, contemporain de la Guerre de 1870, des guerres balkaniques, auteur de L’Armée nouvelle, jette en juillet 1914 toutes ses forces dans la bataille contre le nouveau conflit qui se profile.


De la Guerre

De 19h30 à 20h30 Hémicycle de la Halle aux Grains

CONFÉRENCE INAUGURALE d’Elie BARNAVi, historien, ancien diplomate.
La conférence tentera de définir les conditions qui permettent d’enrôler les humains dans une entreprise de mort, ainsi qu’une typologie de la guerre dans l’histoire : de la guerre « rationnelle » à la guerre idéologique ; de la guerre entre États à la guerre « asymétrique ».


SAMEDI 12 OCTOBRE

La politique est-elle la continuation de la guerre par d’autres moyens ?

De 9h30 à 11h - Salle des conférences, Château royal de Blois

Débat d’actualité proposé par Marianne.

DIALOGUE entre elie BARNAVi, historien, ancien diplomate et Jacques JULLiARD journaliste essayiste, animé par Maurice SZAFRAN,
journaliste écrivain.

Clausewitz avait défini la guerre comme une pro- longation de la politique par des moyens violents et radicaux. La pratique de la politique, en banalisant le recours à des rapports de force, réduit de plus en plus le champ du politique à une expression guerrière ; quelles en sont les conséquences sur le fonctionnement de nos démocraties ?


Guerre, impérialisme, mémoire : des intellectuels allemands face à la guerre (1870/71, 1914/18, 1939/45)

De 9h30 à 11h - petit amphi, ENIVL

Carte blanche à l’Association allemande des historiens.

TABLE RONDE avec Rita ALDENHOFF-HÜBINGER, professeure à l’université Viadrina, Francfort-sur-l’oder, Mareike KÖNIG, bibliothécaire de institut Allemand de Paris, Gerd KRUMEICH, historien, professeur émérite de l’université Heinrich Heine, Düsseldorf, Nicolas OFFENSTADT, maître de conférences à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Thomas SERRIER, maître de conférences à l’institut d’études européennes de l’université Paris-ViII.

L’histoire et les mémoires allemandes au XXe siècle sont impensables sans l’expérience centrale et dévastatrice de la guerre. En débutant en 1870 et en suivant le fil des mémoires longtemps après 1945, éclairage, à travers des portraits choisis d’intellectuels, de Max Weber à Günter Grass, sur les réponses apportées au défi de penser l’histoire allemande au prisme de la catastrophe.


Écrire la guerre

De 9h30 à 11h - Amphi 3, Université

TABLE RONDE avec Nicolas BEAUPRÉ, université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, Jean GARRiGUES, université d’orléans, Jean-Louis JEANNELLE, université Paris-Sorbonne, Catherine MILKOVITCH-RIOUX, université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, Jean-Pierre RIOUX, directeur de Vingtième siècle, Revue d’histoire.

« Écrire la guerre » examine les rapports entre le témoignage et la création, l’écriture et l’expérience, le discours mémoriel et le vécu. Le débat portera principalement sur les conflits qu’a connus la France au XXe siècle.


De Gaulle, chef de guerre

De 9h30 à 11h - Maison de la Magie

Carte blanche à la Fondation Charles de Gaulle.

TABLE RONDE avec Hervé GAYMARD, ancien ministre, député, président du Conseil général de Savoie, François KERSAUDY, professeur émérite à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, David VALENCE, directeur- adjoint de la Fondation Charles de Gaulle, olivier WieVioRKA, professeur des universités à l’ENS Cachan.

Jeune officier au moment où la Première Guerre mondiale éclate, de Gaulle y est plusieurs fois blessé, puis fait prisonnier en avril 1916. La Grande Guerre, qu’il vit et fait comme combattant, est aussi pour lui, dès cette époque, objet d’analyse et de réflexions originales – d’aucuns diront visionnaires.

Conférence retransmise pendant le festival sur les sites internet du Conseil général : www.culture41.fr, www.le-loir-et-cher.fr


Il faut manger pour vaincre. La nourriture aux armées

De 9h30 à 11h - Amphi 2, Université

Carte blanche à l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de ’Alimentation, université de Tours (IEHCA).

TABLE RONDE avec Dominique BILOGHI, maitre de conférences, Montpellier III, Emmanuelle CRONIER, maître de conférences à l’université d’Amiens, Patrice FAURE, maître de conférences, Lyon III, Bruno LAURIOUX, professeur, Versailles-Saint-Quentin.

Cette table ronde sera l’occasion d’étudier comment, de l’Antiquité aux conflits du XXe siècle, les armées ont cherché à régler l’épineux problème de leur approvisionnement. une question de tout temps essentielle pour les troupes mais aussi, par ricochet, pour les populations civiles.


Histoire, quels usages publics ? Le CVUH invite les auteurs des historiens de garde

De 9h30 à 11h - Salle Lavoisier, Conseil général

Carte blanche au Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH).

TABLE RONDE avec William BLANC, doctorant en histoire médiévale, Maria CARMEN RODRIGUEZ, assistante à l’université de Genève, doctorante en histoire contemporaine à l’université de Fribourg, Aurore CHÉRY, spécialiste du XVIIIe siècle, doctorante en histoire moderne, Charles HEIMBERG, professeur à l’université de Genève, coordinateur du Cartable de Clio, Anne JOLLET, enseignante à l’université de Poitiers, coordinatrice des Cahiers d’histoire, Christophe NAUDIN. Professeur d’histoire-géographie.

Le CVUH propose de mettre en débat le livre récent, Les historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national paru aux éditions inculte.


L’Allemagne nazie : une guerre contre les Juifs

De 9h30 à 11h - Amphi vert, Campus de la CCI

Carte blanche au Mémorial de la Shoah.

TABLE RONDE avec Tal BRUTTMANN
historien, Johann CHAPOUTOT, maître de conférences en histoire Grenoble ii, iannis RodeR, responsable des formations au Mémorial de la Shoah.

Pour les nazis, 1914, puis 1939, comme toutes les guerres, sont le fait des Juifs. dans la vision du monde et de l’histoire que développe Hitler, la Seconde Guerre mondiale a un but majeur : mettre l’éternel ennemi de l’Allemagne hors d’état de nuire.


L’avenir de la guerre : conflits, stratégies, technologies

De 9h30 à 11h - Amphi rouge, Campus de la CCI

Carte blanche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

TABLE RONDE avec Yves BOYER,
professeur à l’École polytechnique, directeur adjoint de la FRS, Philippe GROS, chargé de recherches à la FRS, Xavier PASCO, maître de conférences à la FRS, Bruno TERTRAIS, maître conférences à la FRS.
Table ronde qui comportera les interventions suivantes : « Vers la fin de la guerre ? », par Bruno TERTRAIS, « Le concept de Révolution dans les Affaires Militaires » par Philippe GROS et « espace et évolution des conflits » par Xavier PASCO.


La guerre peut-elle avoir un visage de femme ?

De 10h à 11h - Amphi 1, Université

CONFÉRENCE de Colette BEAUNE, professeure émérite à l’université de Paris X, présidente de la Société des Sciences et des Lettres de Loir-et- Cher (SSLLC).

Symbole de douceur et source de vie, les femmes furent, dès l’an mil, exclues de la guerre et protégées par la paix de dieu. Pourtant la Guerre de Cent Ans qui multiplia les absences masculines conduisit de nombreuses châtelaines à défendre leur terre et d’autres, comme Jeanne d’Arc, à suivre les armées.


Les socialistes, la guerre et la paix aujourd’hui

De 11h30 à 13h - Maison de la Magie

Carte Blanche à la Fondation Jean Jaurès.

TABLE RONDE avec Alain BERGOUNIOUX,
ancien Président de l’OURS, membre du CA de la Fondation Jean-Jaurès, Alain RICHARD, ancien ministre de la défense, sénateur du Val-d’oise,
vice-président du Parti socialiste européen.

Alain Richard reviendra sur les politiques menées par les socialistes face aux conflits récents impliquant la France. il présentera leurs conceptions de la défense nationale et les moyens de sa mise en œuvre dans un monde issu de la guerre froide jusqu’à aujourd’hui.


Les cicatrices de la Grande Guerre

De 11h30 à 13h - Salle des conférences, Château royal de Blois

Carte blanche à l’hebdomadaire Le Pèlerin

TABLE RONDE avec Stéphane AUDOIN- ROUZEAU, directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales et président du Centre international de recherches de l’Historial de la Grande Guerre à Péronne, Yves DESFOSSÉS, conservateur régional de l’archéologie de Champagne-Ardenne,Jean-Luc DEMANDRE, porésident de l’association "Connaissance de la Meuse", Pierre- François TOULZE, permanent de l’association « Paysages et sites de mémoire de la Grande Guerre ».

encore aujourd’hui, les paysages de l’Aisne à l’Alsace, portent les stigmates des combats de 1914-1918 ; la vie quotidienne des habitants, leur mémoire, en est affectée. Que nous reste-t-il de la Grande Guerre ? et qu’allons- nous faire de cette histoire ?


La Grande Guerre a 100 ans. Quelle histoire ? Histoire nationale, histoire internationale, histoire transnationale de la guerre

De 11h15 à 12h45 - Salle Kléber Loustau, Conseil général

Carte blanche au Centre international de recherche de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne.

TABLE RONDE avec John HORNE, historien, professeur Trinity College dublin, Gerd KRuMeiCH, historien, professeur émérite de
l’université Heinrich Heine, Düsseldorf, Anne RASMUSSEN, maître de conférences à l’université de Strasbourg I, Laurence VAn YPERSELE, université de Louvain, Jay WINTER, Yale university.

une histoire transnationale de la Grande Guerre est-elle possible ? Le Centre de Recherche de l’Historial débattra des enjeux d’une telle historiographie qu’il met à l’épreuve dans sa publication d’une histoire mondiale de 14-18 (Fayard - Cam- bridge University Press).

Conférence retransmise pendant le festival sur les sites internet du Conseil général : www.culture41.fr, www.le-loir-et-cher.fr


Qu’est-ce que faire la guerre aujourd’hui ?

De 11h30 à 13h - Amphi vert, Campus de la CCI

Carte blanche à la Revue Inflexions (état-major / Cabinet / Revue
Inflexions).

TABLE RONDE avec Bernard BARRERA, commandant de la force SeRVAL au Mali, Jean-Luc COTARD, directeur de Tri Ad Communications, Yohann DOUADY, sergent-chef, Armée de terre, Frédéric GOUT, commandant le 5e régiment d’hélicoptères de combat, engagé au Mali.

une mise en perspective historique et une description de la pratique actuelle pour la compréhension du phénomène guerrier vécu par les militaires français. Rencontre avec des militaires de retour du Mali et d’Afghanistan.


Les « à-côtés » de la guerre au Moyen Age

De 11h30 à 13h - Salle Lavoisier, Conseil général

Carte blanche à l’université François-Rabelais de Tours.

TABLE RONDE avec Christine BOUSQUET, maître de conférences à l’université François-Rabelais de Tours, Loïc CAZAUX, attaché d’enseignement et de recherches, université Jean Moulin Lyon III, Sara FOURCAdE, maître de conférences à l’université de Paris-est-Créteil, Xavier HÉLARY, maître de conférences à l’université de Paris IV-Sorbonne, François-olivier TOUATI, professeur et directeur du département d’histoire à l’université de Tours.

Poids de la guerre sur les sociétés. L’analyse portera donc « à côté » : diffusion de la violence, retombées techniques, artisanales, transferts de richesse, survie. Paradigme d’un certain « Moyen Age », la guerre : un moteur des trans- formations médiévales ?


Le 6 juin 1944 : de l’événement au mythe

De 11h30 à 13h - Amphi rouge, Campus de la CCI

Carte blanche au Mémorial de Caen.

TABLE RONDE avec Jean-Luc LELEU, docteur en histoire, ingénieur de recherches au CNRS-CRHG, université de Caen, emmanuel THIÉBOT, historien, Olivier WIEViORKA, professeur des universités à l’ENS de Cachan.

Si tout le monde connaît la date du 6 juin 1944 pour la portée historique de l’événement, des questions peuvent encore voir le jour, 70 ans après, et remettre en cause certaines idées reçues ou rétablir des « oublis », volontaires ou non.


La bataille : histoire et historiographie

De 11h30 à 13h - Amphi 3, Université

TABLE RONDE avec Benjamin DERUELLE, maître de conférences à l’université de Lille III, Hervé DRÉVILLON, professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Nicolas OFFENSTADT, maître de conférences à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Giusto TRAINA, professeur à l’université de Paris IV Sorbonne.

La bataille a longtemps fasciné les penseurs militaires et les historiens, au point de susciter un véritable rejet exprimé par l’image péjorative de « l’histoire bataille », que de nouvelles approches tendent aujourd’hui à dépasser.


Que s’est-il passé en Algérie ?

De 11h45 à 13h15 - Amphi 1, Université

CONFÉRENCE de Raphaëlle BRANCHE, maître de conférences à l’université
de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Revenant sur les enjeux de la guerre d’Algérie, on en présentera les multiples facettes en se demandant si, au-delà de la pluralité des expériences, la per- sistance de points de vue divergents ne rend pas difficile l’émergence d’un discours partagé.

En prélude à la conférence, Ciclic propose une lecture d’extrait(s) de La Temes- guida - Une enfance dans la guerre d’Algérie d’Aïssa TOUATI avec Régis GUYOTAT (éditions Gallimard) par Stéphane GODEFROY.

AÏssa TOUATI né en 1945 dans un hameau isolé du massif de la Temesguida, à 40 km d’Alger, livre le récit de son enfance traversée par une guerre qui ne dit pas son nom.


Le corps en guerre

De 14h à 15h - Salle des conférences, Château royal de Blois

CONFÉRENCE de Georges VIGARELLO, directeur d’études, EHESS.

Le corps en guerre c’est d’abord celui de l’affrontement et du combat. C’est aussi celui des atteintes et des blessures. C’estenfin celui de l’hygiène et de la santé. Autant de données variant avec le temps.


Photographier les guerres

De 14h à 15h30 - Salle Kléber Loustau, Conseil général

Carte blanche à Canon France.

TABLE RONDE avec Sophie BERNARD, rédacrice en chef d’Images magazine, Armelle CANITROT, responsable du service photos du journal La Croix, Emmanuelle GATIEN, docteure en sciences politiques, chercheuse au laboratoire PACTE (Grenoble), Jean-François LEROY, directeur général du festival international du photojournalisme « Visa pour l’image », Michel POIVERT, historien de la photographie, université de Paris I Panthéon Sorbonne.

en contrepoint de l’exposition proposée par Images Magazine et Canon France en plein air à Blois, une réflexion sur la sociologie des reporters de guerre, sur leurs modes opératoires et leurs esthétiques photographiques, sur la réception par l’opinion de leur travail, et une question : en quoi le photojournalisme a-t-il modifié notre perception de guerres ?


Entre la mémoire et l’histoire : quelle place pour la loi ?

De 14h à 15h30 - Salle 23, ESPÉ

Carte blanche à la revue Histoire@Politique. Politique, Culture, Société.

TABLE RONDE avec Vincent DUCLERT, inspecteur général d’histoire, Sabine JAnSen, rédactrice en chef de la revue Histoire@Politique. Politique, Culture, Société, Marie SCoT, rédactrice en chef adjointe de la revue Histoire@Politique. Politique, Culture, Société, professeure agrégée à l’IEP de Paris, Jean-François SiRINELLI, directeur de la revue Histoire@Politique. Politique, Culture, Société et directeur du Centre d’Histoire, professeur des universités.

Face aux mémoires concurrentes dont la démocratie reconnaît et garantit l’expression, et au travail des historiens qui requiert temps et liberté, il faut s’interroger sur l’exacte place de la loi.


Le Moyen Age est-il de droite ?

De 14h à 15h30 - Maison de la Magie

Débat proposé par le Monde des Livres.

Avec le soutien de l’Ambassade des états-Unis.

TABLE RONDE avec Julie CLARINI, journaliste au Monde, Jacques DALARUN, ancien directeur des études médiévales à l’École française de Rome, Bruno DUMÉZIL (sous réserve) historien, spécialiste du Moyen Age, Nicolas OFFENSTADT, maître de conférences à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Helen SOLTERER, Duke university.

Récupéré par l’Action Française et ses Camelots du roy, le Moyen Age est souvent associé à l’extrême droite. La République s’est pourtant elle-aussi efforcée de faire revivre un imaginaire médiéval. Quelles sont les traces de ces représentations dans l’historiographie française ? Pour quelles raisons le Moyen Age semble-t-il avoir davantage inspiré la droite que la gauche ?


Où va la Syrie ?

De 14h15 à 16h - Hémicycle de la Halle aux Grains

Proposé par l’IRIS

DÉBAT D’ACTUALITÉ avec Florence AUBENAS, journaliste, Pascal BONIFACE, directeur de l’iRiS, Jean-Marie FARdeAu, directeur du bureau français de Human Rights Watch, Jean-Pierre FILIU, professeur à Sciences Po Paris et Alain GRESH, journaliste, spécialiste du Proche-orient.

Remise du prix Jean-Michel Gaillard à Jean-Pierre FILIU à 14h15, en prélude au débat.


La Résistance et la société française face à l’extermination des Juifs

De 14h15 à 15h45 - Amphi 2, Université

Carte blanche à la Fondation de la Résistance.

TABLE RONDE avec Antoine PROST, professeur émérite à l’université de Paris I Panthéon- Sorbonne, Jacques SÉMILIN, professeur à l’IEP de Paris, Olivier WIEVIORKA, professeur des universités à l’ENS de Cachan.

en France, le taux des Juifs non déportés est exceptionnel par rapport au reste de l’europe occupée. dans ce phénomène aux causalités multiples, quelle part revient aux comportements de la population française et de la Résistance organisée ?


Guerre et énergies

De 14h30 à 16h - Amphi 3, Université

Débat parrainé par GDF SUEZ

TABLE RONDE avec Alain BELTRAN, professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Jean-Marie CHeVALieR, professeur émérite de Sciences économiques à Paris dauphine, Axelle DEGANS professeure agrégée en histoire, géographie et géopolitique en classes préparatoires ECS (ex HEC) au lycée Dessaignes de Blois, Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur associé à l’Institut Thomas More, chercheur à l’institut français de Géopolitique.

L’énergie, comme l’argent, est un des nerfs de la guerre. Son caractère géostratégique se renforce dans un monde de ressources rares. L’énergie, belligène, qui cristallise les tensions géopolitiques et révèle nos faiblesses, est de plus au cœur des enjeux de nos sociétés d’abondance énergétique.


L’année 14. État de l’historiographie

De 15h30 à 16h30 - Salle des conférences, Château royal de Blois

Proposée par la Mission du Centenaire de la Première Guerre Mondiale.

CONFÉRENCE de John HORNE, historien, professeur, Trinity College Dublin.

Cent ans après, un retour s’impose sur les débats d’historiens au sujet non seulement de la crise de juillet 14 mais aussi de la réaction des populations à l’arrivée de la guerre et de la nature de celle-ci.


Le Dieu de la Bible est-il un dieu guerrier ?

De 15h30 à 17h - Salle Lavoisier, Conseil général

Carte blanche au Monde de la Bible.

TABLE RONDE avec Katell BERTHELOT, historienne, CNRS, Benoît de SAGAZAN, rédacteur en chef du Monde de la Bible, Thomas RÖMER, exégète, professeur au Collège de France.

Le dieu de l’Ancien Testament peut apparaître au lecteur de la Bible cruel, despotique et guerrier. un dieu qui pousse à la conquête d’un territoire déjà habité par d’autres ou qui n’hésite pas à éliminer les premiers-nés d’Égypte la nuit précédent l’exode et à noyer les armées de Pharaons dans les eaux de la Mer Rouge... un dieu opposé au dieu amour proposé dans le nouveau Testament. Comment relire ces passages litigieux à la lumière des dernières recherches exégétiques et historiques ?


L’Allemagne en guerre 1914-1945

De 15h30 à 17h - Petit Amphi, ENIVL

Carte blanche aux Rendez-vous de Weimar avec l’histoire.

TABLE RONDE avec Nicolas BEAUPRÉ, professeur à l’université Blaise Pascal Clermont Ferrand, Johann CHAPOUTOT, professeur à l’université de Grenoble, Gerd KRUEICH, professeur émérite à l’université Heinrich Heine.

À travers plusieurs exemples de conflits, cette table ronde se propose d’étudier les impacts de la guerre sur la société allemande. il s’agit également de porter un regard sur le long terme, en s’interrogeant sur la place de la guerre dans l’histoire contemporaine de l’Allemagne.


Faire la paix

De 16h à 17h30 - Amphi 1, Université

TABLE RONDE avec Kora ANDRIEU, philosophe, chargée de conférences à Sciences Po, Elie BARNAVI, historien, Dominique BARTHÉLÉMY, professeur à Paris IV, Patrice BRUN, professeur à l’université de Bordeaux III, Henry LAURENS, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe, Maurice SARTRE, professeur émérite à l’université de Tours.

Aucune guerre, fût-elle de Cent Ans, n’est éternelle. La paix un jour revient, mais les conditions dans lesquelles elle survient sont garantes de sa pérennité ou non. Paix dictée par le vainqueur, paix négociée sur un pied d’égalité, paix imposée de l’extérieur, toutes les formes sont possibles. Plus difficile encore, comment revenir à la paix dans une société ravagée par la guerre civile ?


L’argent fait-il la guerre ?

De 16h à 17h30 - Salle Kléber Loustau, Conseil général

TABLE RONDE avec Laurence BADEL, professeure à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Dominique BORNE, historien, Jean- Christophe COUVENHES, maître de conférences à l’université de Paris IV, Silvia MARzAGALLi, professeure à l’université de Nice-Sophia Antipolis, membre de L’IUF.

L’argent est-il toujours en amont et en aval de toutes les batailles ? L’argent sert à faire la guerre, il est parfois une des finalités du conflit. La guerre finie, les économies sont-elles ruinées ? L’argent, arme de guerre, peut-il être une arme de paix ?


Authenticité et autorité des sources en histoire

De 16h à 17h30 - Amphi Denis Papin, ENIVL

Carte blanche aux Sources de la culture européenne et méditerranéenne (SOURCEM).

TABLE RONDE avec Jacques DALARUN, directeur de recherches, CNRS, Philippe HOFFMANN, directeur d’études à l’EPHE, Emmanuel LAURENTIN, producteur, réalisateur, « La Fabrique de l’histoire », France culture, Isabelle LE MASNE de CHERMONT, directrice du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, Judith OLSZOWY- SCHLANGER, directrice d’études à l’EPHE Marc SMITH, professeur à l’École nationale des chartes.

notre entretien se proposera d’illustrer les divers aspects des notions d’authenticité et d’autorité, dans leur liaison réciproque et sur la base d’exemples précis, en envisageant ces notions au double niveau des textes et des documents matériels qui transmettent et portent les textes.


Les malheurs de la guerre. 1800-2014

De 17h à 18h - Salle des conférences, Château royal de Blois

CONFÉRENCE de Laurence BERTRAND-DORLÉAC, historienne de l’art, professeure à Sciences Po.

À partir des années 1800 et des batailles napoléoniennes, alors que l’art avait toujours été dominé par la bataille héroïque, la guerre placée au centre des valeurs de la société fut de plus en plus considérée par les artistes sous toutes ses faces et jusqu’aux plus atroces dans ses conséquences sur les humains, les animaux, les choses.


Palestine : quelle résistance ?

De 17h15 à 18h30 - Salle 006, Université

Carte blanche à l’Association France Palestine Solidarité 41 (AFPS 41).

TABLE RONDE avec David DAURIAC, président de l’AFPS 41, Nabil EL-HAGGAR, professeur à l’université de Lille I, conférencier, Chevalier de l’ordre national du mérite, Chevalier des Arts et des Lettres, Bernard RAVENEL, historien, fondateur de la revue Confluence Méditerranée, ancien président de la plate-forme des ONG françaises pour la Palestine.

Quelles ont été les différentes stratégies de résistance palestinienne depuis 1948 ? Comment les Palestiniens ont-ils adopté la résistance non violente pour lutter contre l’occupation israélienne et quelles en sont les conséquences ?


Les Sociétés savantes vous parlent

de 17h30 à 19h30 - Salle Lavoisier, Conseil général

CYCLE DE CONFÉRENCES animé par Colette BEAUNE, professeure émérite à l’université de Paris X, présidente de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher (SSLLC).

les guerres du cloître aux XIe-XVe siècles à Chartres

Juliette CLÉMENT, agrégée de Lettres modernes et présidente honoraire de la SAEL (Chartres).

Le cloître cathédrale de Chartres fut durant tout le Moyen Age un enjeu de pouvoir que se disputaient les chanoines, les bourgeois et le comte. Ces divisions internes favorisèrent à terme la main mise royale sur la ville.

Mort au combat et sainteté : le cas de Charles de Blois

Colette BEAUNE, professeure émérite à l’université de Paris X, présidente de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher (SSLLC).

Qui meurt dans un combat entre chrétiens, meurt dans la colère et n’est pas assuré de son paradis et encore moins d’une canonisation. Cette difficulté est visible dans le procès en canonisa- tion de Charles de Blois et explique les nombreuses légendes qui coururent sur cette mort.

la bataille de Patay, histoire et mémoire

Françoise MICHAUD-FRÉJAVILLE, professeure émérite à l’université d’Orléans (SAHO).

Dans notre histoire, il y a deux batailles de Patay (juin 1429, décembre 1870), trois 18 juin (Patay en1429, Waterloo en 1415, Londres en 1940). Le propos sera de déterminer comment fut raconté (magnifié ?) un rôle exemplaire de Jeanne d’Arc dans la défaite des Anglais.


Historicité des guerres : de la Grande Guerre à la guerre d’Algérie

De 17h30 à 19h - Petit amphi, ENIVL

Carte blanche à la revue Vingtième Siècle.

TABLE RONDE avec Stéphane Audoin-RouzeAu, directeur d’études à l’EHESS, Ludivine BANTIGNY, maître de conférences à l’université de Rouen, Nicolas BEAUPRÉ, maître de conférences à l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, Raphaëlle BRANCHE, maître de conférences à l’université Paris I, Quentin DELUERMOZ, maître de conférences à l’université de Paris XIII.

L’historicité est ici conçue comme capacité des acteurs sociaux à inscrire leur présent dans une histoire, à le situer dans un temps non pas neutre mais signifiant. On y interrogera la manière dont la guerre structure la perception du temps.


Conflits contemporains : médiation et recherche à partir du patrimoine des universités européennes

De 18h à 19h30 - Amphi Denis Papin, ENIVL

Carte blanche à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC)

TABLE RONDE avec Hugues TERTRAIS, professeur à l’université Paris I, spécialiste de l’Asie contemporaine, Valérie TESNIÈRE, directrice d’études à l’EHESS, directrice de la BDIC, Sylvie THÉNAULT, directrice de recherches au CNRS, spécialiste de l’Algérie contemporaine.

Les universités européennes détiennent un patrimoine muséographique et archivistique méconnu sur les grands conflits contemporains, dont l’origine remonte souvent à la Grande guerre. À une époque où se multiplient les lieux de mémoire, quel peut être le sens aujourd’hui d’une mission culturelle et scientifique des universités ?


1793-2013, l’année terrible 220 ans plus tard

De 18h à 19h30 - Salle Kleber Loustau, Conseil général

Carte blanche à l’Institut d’Histoire de la Révolution Française.

TABLE RONDE avec Guillaume MAZEAU, maitre de conférences Paris I, Frédéric RÉGENT, maitre de conférences Paris I, Pierre SERNA, professeur à Paris I.

220 ans après l’année de la Terreur, comment se construit la recherche ? Quels sont les débats, les polémiques ?


Peut-on parler d’une brutalisation de la guerre à la Renaissance ?

De 18h15 à 19h45 - Amphi 2, Université

Carte blanche au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR), Université de Tours.

TABLE RONDE avec Pascal BRIOIST, professeur, CESR, Benjamin DERUELLE, maître de conférences, Lille III, Jean-Louis FOURNEL, professeur, Paris VIII, Simon GALLI, doctorant- AMN, université de Tours, Bernard ALLAIRE (Chercheur indépendant, Québec) et Paul Alexis MELLET, CESR Tours.

Dans un article récent sur la « brutalisation de la guerre des guerres d’Italie aux guerres de religion, Jean-Louis Fournel a formulé l’idée selon laquelle la Renaissance a modifié l’intensité et le rythme de la guerre provoquant de façon inédite un véritable ensauvagement des conflits. Cette face noire de la Renaissance accoucha néanmoins d’un nouveau discours pacifiste où le souverain s’appuyant sur le droit apparaissait comme l’ultime recours contre la violence.

La table ronde se propose d’examiner ce phénomène au XVe et au XVie siècle en europe en faisant dialoguer des spécialistes des guerres d’italie, des guerres civiles de religion et des guerres de conquête coloniale sur les formes de la barbarie : mises à sac, massacres, batailles, guerre contre les civils, et atrocités diverses.


Qui a inventé les droits de l’homme ?

De 18h30 à 20h - Amphi 3, Université

Carte blanche au magazine Books.

TABLE RONDE avec Lynn HUNT, professeure à l’université de Californie à Los Angeles, Pap NDIAYE, maître de conférences à l’EHESS, olivier POSTEL-VINAY, directeur du magazine Books.

Qui a inventé les droits de l’homme ? Les Américains, les Écossais ou les Français ? L’Américaine Lynn Hunt, auteure de L’Invention des droits de l’homme (2013 Markus Haller) et Pap Ndiaye, auteur de Les Noirs américains (2009 Gallimard) en débattent.


Les « traces » de la Grande Guerre comme patrimoine

De 18h30 à 20h - Salle Capitulaire, Conseil général

TABLE RONDE avec Avner Ben AMOS, université de Tel-Aviv, Rémy DALISSON, professeur à l’université de Rouen, Anne HERTZOG, géographe, maître de conférences université de Paris Pontoise, Elise JULIEN, professeure à l’institut d’Études politiques de Lille, Alexandre LAFON, conseiller pour l’action éducative à la Mission du Centenaire.

Paysages bouleversés des tranchées, fortifications militaires en ruines, camps d’entrainement à l’arrière (comme celui près de Blois), cimetières et statuaire commémorative, ces traces constituent une forme de patrimoine. Comment le comprendre, comment le gérer ?


Clemenceau, « Je fais la guerre »

De 18h30 à 20h - Maison de la Magie

Carte blanche au Parti Radical de Gauche (PRG)

TABLE RONDE avec Serge BERSTEIN, professeur Sciences po Paris, Joëlle DUSSEAU, historienne, déléguée générale du PRG, Jean-Noël JEANNENEY, président du Conseil scientifique des Rendez-vous de l’histoire, Sylvie GUILLAUME, professeure honoraire d’histoire contemporaine.

il fut député radical, dreyfusard, opposé au colonialisme, fervent laïc, surnommé « le tigre », puis « le premier flic de France » et enfin « le Père la Victoire ». C’est autour d’un des plus grands acteurs de la vie politique française, mais aussi l’un des plus controversés que débattront nos invités.


La guerre juste existe-t-elle ?

De 18h30 à 20h30 - Hémicycle de la Halle aux Grains

TABLE RONDE avec Henri BENTÉGEAT, général d’armée, isabelle HEULLANT-DONAT, professeure à l’université de Reims, Jean-Baptiste JEANGÈNE VILMER, enseignant et chercheur postdoctoral au Centre for Human Rights and Legal Pluralism de la Faculté de droit de McGill University (Canada), Nicolas OFFENSTADT, maître de conférences à Paris-i-Panthéon-Sorbonne, Laurent THEIS, membre du comité de rédaction de L’Histoire.

« Heureux ceux qui sont morts dans une guerre juste », écrivait Péguy en 1913. Était-elle juste, la guerre au début de laquelle il fut tué un an plus tard ? de Saint Augustin au devoir d’ingérence, en passant par la croisade et la dé- fense patriotique, la réflexion n’a cessé d’évoluer sur la doctrine comme sur la pratique de la guerre légitime.

Le débat sera précédé par la remise du grand prix des Rendez-vous de l’histoire.

Dimanche 13 octobre 2013


Une Europe de la Défense est-elle possible ?

De 9h30 à 11h - Amphi 3, Université

Carte blanche à l’association Europe ensemble de Blois.

TABLE RONDE avec Jean-Marie GÉNARD, président d’europe ensemble, Jean-Sylvestre MONGRENIER, chercheur à l’Institut français de Géopolitique, Bernard PHAN, professeur honoraire de classes préparatoires à Henri IV, Henri WEBER , député européen, Olivier ZAJEC, agrégé et docteur en histoire, chargé d’études à l’Institut de Stratégie et des Conflits (ISC).

Marquée par l’échec initial de la Ced en 1954, la construction européenne n’a guère pro- gressé sur le terrain d’une défense commune. en dehors de quelques initiatives symboliques (La brigade franco-allemande par exemple), quelle volonté, quels moyens, quelles missions les européens seraient-ils prêts à assumer ?


Où va l’histoire sociale de la guerre ?

De 9h30 à 11h - Amphi 1, Université

Carte blanche à la revue Le Mouvement social (éd La Découverte).

TABLE RONDE avec Patrick FRIDENSON, directeur d’études, EHESS, John HORNE, historien, professeur, Trinity College Dublin, Nathalie MOINE, chargée de recherches, CNRS, Antoine PROST, professeur émérite à l’université de Paris I, Anne RASMUSSEN, maître de conférences à l’université de Strasbourg I, Jean-Louis ROBeRT, professeur émérite à l’université Paris I.

En quoi l’histoire sociale permet-elle aujourd’hui de mieux comprendre les guerres ? Six historiens et his- toriennes, liés à la revue Le Mouvement social, repré- sentant des générations et des approches différentes, débattent de cette question.


Guerre et politique : Clausewitz avait-il raison ?

De 11h30 à 13h - Amphi 3, Université

Table ronde proposée par Sciences Humaines.

TABLE RONDE avec Gérard CHALIAND, spécialiste des guerres irrégulières, Johann CHAPOUTOT, maître de conférences, Grenoble II, membre de l’IUF, Jean- Vincent HOLEINDRE, maitre de conférences à l’université Panthéon Assas, Jean-Baptiste JEANGÈNE ViLMER, Laurent TESTOT, journaliste à Sciences Humaines.

« La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens. » La formule de Carl von Clausewitz est souvent citée. Garde-t-elle sa pertinence, à l’ère des engagements asymétriques et des drones ? Peut-elle s’appliquer aussi bien aux « grandes guerres » du XXe siècle qu’aux « petits conflits » d’aujourd’hui ?


Des soldats refusant de combattre, de la Grèce ancienne à la Grande Guerre

De 11h30 à 13h - Amphi 1, Université

TABLE RONDE avec Loïc CAZAUX, ATER à l’université de Lyon III, Hervé DRÉViLLon, professeur à l’université de Paris I, André LOEZ, professeur en CPGe et à l’IEP de Paris, Pascal PAYEN, professeur à l’université de Toulouse II, Laurent WIRTH, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire.

Quand on parle de soldats refusant de combattre, on pense tout de suite aux mutins de 1917, mais ce phénomène s’est manifesté dès l’Antiquité et il ne s’est pas limité à des mutineries. il convient de le restituer dans sa diversité et sa profondeur historique.


De la guerre au tourisme de mémoire 1914-2014

De 11h30 à 13h - Salle Lavoisier, Conseil général

Carte blanche à la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

TABLE RONDE avec Damien BALDIN,historien, Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, EHESS, Saskia COUSIN, anthropologue à l’institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain, maître de conférences à Tours, Anne HERTZOG, géographe, maître de conférences, université Paris-Cergy-Pontoise, Édouard ROOSE, chargé de mission, comité régional du tourisme du Nord-Pas-de-Calais, Jay WINTER, historien, Yale university.

Chercheurs en sciences sociales et professionnels du tourisme essaieront d’éclairer, dans une perspective internationale, le phénomène actuel du tourisme de mémoire et son ins- cription dans le temps long de l’histoire.


La guerre dure longtemps. Le pacifisme à l’épreuve des conflits au XXe siècle

De 11h30 à 13h - Salle capitulaire, Conseil général

Carte blanche à Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique.

TABLE RONDE avec Jérôme LAMY, post-doctorant, université de Toulouse, Gilles MANCERON, Chloé MAUREL, ATER, université de Caen, Didier MonCiAud, chercheur associé au GREMAMO, université diderot Paris VIII, Emmanuel NAQUET, docteur en histoire, enseignant en CPGE, chercheur au centre d’histoire de Science Po Paris, isabelle VAHÉ, docteur en histoire contemporaine à l’université Paris VIII, chargée de mission pour la ville de Saint-Amand-Les-eaux.

Le pacifisme, considéré comme une pratique subversive qui mine les forces conflictuelles, est une pratique proprement politique, qui s’articule aux modes de gouvernement.


Comment l’armée pense l’histoire aujourd’hui

De 11h30 à 13h - Amphi vert, Campus de la CCI

Carte blanche à l’EMAM (équipe Monde Arabe et Méditerranée).

TABLE RONDE avec Julie d’ANDURAIN, docteur agrégée en histoire, directrice des études du bureau recherche (CDEF) à l’École militaire, Jérôme BOCQUET, maître de conférences, université d’orléans, Xavier BONIFACE, professeur à l’université du Littoral, Michaël BOURLET, chef du cours histoire militaire. Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan, François COCHET, professeur à l’université de Metz, Rémy PORTE, docteur en HDR, Service historique de la défense, Nicolas RICHOUX, chef de groupe à l’École de guerre en charge de la formation d’officiers supérieurs, doctorant en histoire à l’université Paris IV Sorbonne.

Comment l’armée pense l’histoire aujourd’hui ? Quel est le rôle des historiens au sein de l’institution militaire ? Au-delà, cette table ronde se propose d’interroger les liens tissés entre l’armée et l’université.


La guerre, une chance économique ?

De 11h30 à 13h - Amphi rouge, Campus de la CCI

Carte blanche à l’Association française d’histoire économique (AFHE).

TABLE RONDE avec Patrice BAUBEAU, maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre (IDHE), Katia BÉGUIN, directrice d’étudesà l’EHESS (CRH), Stéphane BOISSELIER, maître de conférences à l’université de Poitiers, Hervé JOLY, directeur de recherches CNRS, université de Lyon (Triangle), Cédric PERRIN, professeur agrégé, lycée Grandmont-Tours, Isabelle WARIN, chargée de cours à l’université de Zürich.

Les guerres perturbent l’activité économique. elles peuvent être des facteurs de régression, mais aussi de modernisation. des spécialistes d’histoire économique des quatre grandes périodes débattront de cette question dans la longue durée.


Normes et pratiques du massacre de l’Antiquité à nos jours

De 14h à 15h30 - Amphi 2, Université

TABLE RONDE avec Johann CHAPOUTOT, maître de conférences à l’université de Grenoble, Jean-Claude CHEYNET, professeur à l’université Paris-Sorbonne, directeur de l’UMR 8167, Christian INGRAO, directeur de recherches au CNRS, directeur de l’institut d’histoire du temps présent, Guillaume LASCONJARIAS, chercheur au NATO defense College, Research division, Giusto TRAINA, professeur à l’université Paris-IV Sorbonne.

Dans l’Antiquité, on avait le droit de massacrer l’« ennemi » et même de comptabiliser ses exactions, sans distinguer les civils des militaires. Au fil des siècles, ces catégories ont évolué, et cependant la distinction entre massacre, génocide et épuration ethnique ne semble pas améliorer la situation.


Dire la guerre, de l’Antiquité à nos jours

De 14h à 15h30 - Salle Lavoisier, Conseil général

Carte blanche à l’université d’Orléans.

TABLE RONDE avec Thomas BAUZOU, Noëlline CASTAGNEZ, Jean GARRIGUES, Claire MIOT, Jean-Pierre ViTTU, enseignants-chercheurs à l’université d’Orléans.

depuis la plus haute antiquité, les hommes se font la guerre...et ils la disent. Proclamations, harangues, discours, mémoires, communication et propagande ont joué depuis des siècles un rôle essentiel dans le roman de la guerre. C’est ce que les historiens d’orléans se proposent de mettre en lumière et d’illustrer, par des exemples précis et des images fortes, depuis l’Antiquité gréco-romaine jusqu’à la Seconde guerre mondiale.


Révolutions : cinq siècles de révoltes et révolutions dans le monde

De 14h à 15h30 - Amphi rouge, Campus de la CCI

Carte blanche aux éditions Belin.

TABLE RONDE avec Félix CHARTREUX, agrégé et doctorant en histoire, professeur au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg, Maud CHIRIO, agrégée et docteure en histoire contemporaine, maître de conférences à l’université Paris-est Marne-La-Vallée, Mathilde LARRÈRE, agrégée et docteure en histoire contemporaine, maître de conférences à l’université Paris-est Marne-La-Vallée, Vincent LEMIRE, agrégé d’histoire, maître conférences à l’université Paris-est Marne-La-Vallée, eugénia PALIÉRAKI, docteure en histoire contemporaine, maître de conférences à l’université Cergy-Pontoise.

À travers l’ouvrage « Révolutions » : les auteurs étudient cinq siècles de révoltes et de révolutions dans le monde en prenant en compte leurs spécificités et ce qu’ils appellent les « circulations et citations révolutionnaires ».


Les famines sont-elles toujours une arme de guerre ?

De 14h à 15h - Maison de la Magie

CONFÉRENCE de Sylvie BRUNEL, géographe, économiste, écrivain, professeure à Paris-Sorbonne.

La famine est-elle toujours une arme de guerre à l’heure du changement climatique ? L’exemple récent de la Somalie et la reconnaissance des « réfugiés environnementaux » nous interpellent : la famine guette-t-elle l’humanité ?


La mort des guerriers. Deuils intimes, célébrations publiques

De 14h15 à 15h45 - Amphi 1, Université

TABLE RONDE avec Alya AGLAN, université de Paris I, Laurence MOAL, CRBC (Centre de Recherche bretonne et celtique)., Pascal PAYEN, professeur à l’université de Toulouse II-Le Mirail, Nicolas OFFENSTADT, maître de conférences à Paris I Panthéon-Sorbonne, Antoine PROST, professeur émérite à l’université de Paris I.

Les morts de la guerre ne sont pas des morts comme les autres. Leur disparition, souvent présentée comme un sacrifice, conduit à des discours et des pratiques de deuil qui dépassent largement l’intimité des proches. Les morts servent alors à souder les vivants, à glorifier la cause ou à célébrer la patrie. il faudra ainsi comprendre sur le temps long, ces usages des morts guerrières mais aussi revenir sur les effets intimes et familiaux de la mort au combat.


Guerres, pouvoirs et sociétés en Afrique (XVIIIe-XXe siècle)

De 15h30 à 17h - Amphi vert, Campus de la CCI

Carte blanche au Centre d’études des mondes africains (CEMAF).

TABLE RONDE avec Pierre BOILLEY, professeur à l’université Paris i, Jean-Pierre CHRETIEN, directeur de recherches émérite au CNRS, CEMAF, Paris I, Dominique JUHÉ- BEAULATON, chargée de recherches CNRS, Henri MÉDARD, professeur, Aix Marseille université.

Le cliché naturaliste des « guerres tribales » occulte la complexité des enjeux territoriaux, économiques et politiques et les stratégies des acteurs locaux dans les conflits, tant anciens que modernes, en Afrique occidentale, centrale et orientale.


L’argent le nerf de la Guerre,
financer les guerres

De 16h à 17h30 - Amphi 2, Université

Carte blanche à l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE) – Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

TABLE RONDE avec les historiens : Katia BÉGUIN directrice d’études à l’EHESS, Emmanuel LAURENTIN, producteur, réalisateur, « La Fabrique de l’histoire », France culture, Laure QUENNOUËLLE-CORRE, directrice de recherches au CNRS, Béatrice TOUCHELAY, professeure à l’université Charles de Gaulle Lille III, Hugues TERTRAIS, professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

La table ronde réunit des historiens sur le thème du coût des guerres depuis l’Ancien régime jusqu’aux conflits mondiaux et coloniaux du XXe siècle. Quel coût ? Qui va payer ? Quelles leçons tirer du passé ? Tels sont les enjeux de ce débat. En savoir plus


Tavernier et la guerre XVIe - XXe siècle

De 17h30 à 18h30 - Hémicycle de la Halle aux Grains

CONFÉRENCE DE CLÔTURE dialogue entre Stéphane AUDOIN-ROUZEAU, historien et Bertrand TAVERNIER, réalisateur, président des 16e Rendez-vous de l’histoire.

Mettre en scène les guerres du passé, au Moyen Age comme en 14-18, donner chair et âme aux hommes et femmes qui l’ont faite ou qui l’ont subie.... Toute la filmographie de Bertrand Tavernier est une quête de ce Graal. de quelles sources se nourrit-il ? dans quelle mesure les travaux des historiens l’inspirent- ils ? Quelle part laissée à l’imaginaire ? et les historiens, que retirent-ils de ces représenta- tions de l’histoire ?


Sous-rubriques

  • COMMUNICATIONS

    Jeudi 10 octobre 2013 Histoire de la Résistance 1940-1945 De 14h30 à 16h - Amphi Denis Papin, (...)

Galerie