Cycle "sexualités moniritaires"

Cycle de rencontres proposé par l’IRHiS (Institut de recherches historiques du Septentrion, UMR CNRS 8529) et l’IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, UMR 8156, CNRS / EHESS)

Pour la cinquième année consécutive, nous sommes heureux de pouvoir proposer, dans le cadre des Rendez-vous de l’histoire, un cycle de rencontres consacré aux « sexualités minoritaires ». C’est l’occasion d’échanges entre historiens et chercheurs en sciences sociales, français et étrangers, ainsi qu’avec le public sur des questions qui interrogent aussi bien l’intimité des individus que la société dans ses normes.
Depuis quelques années, dans la société comme dans les savoirs, la réflexion sur la sexualité n’a pas seulement pris une importance croissante, elle s’est en même temps déplacée : de plus en plus, elle se dit au pluriel. On peut dès lors parler de sexualités minoritaires, moins répandues, mais surtout moins légitimes, prises dans des relations de pouvoir qui les minorent, et qu’elles contribuent en retour à structurer : à partir de ces marges, on peut appréhender le centre.
Pour cette dernière édition de notre cycle, que nous avons voulu en résonance avec le thème de l’Orient, nous sommes particulièrement heureux d’accueillir la philosophe Elsa Dorlin, auteure notamment de l’ouvrage La Matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la Nation française (La Découverte, 2006). Deux débats et une projection de film viennent compléter ce programme.

Éric Fassin et Florence Tamagne

ANDERS ALS DIE ANDERN (DIFFERENT DES AUTRES), DE RICHARD OSWALD (1919)
Vendredi 14 octobre, de 9h30 à 11h30 - Cinéma Les Lobis
Projection et débat (cf. programme du cycle cinéma)
ANIMATEURS : ERIC FASSIN, sociologue à l’ENS/Iris, professeur agrégé à l’ENS, et FLORENCE TAMAGNE, maître de conférences à l’université de Lille III/IRHis.

Longtemps pensé perdu, « Anders als die Andern » fut le premier film à défendre la cause homosexuelle. Co-écrit par le sexologue Magnus Hirschfeld, qui joue ici son propre rôle, il retrace le destin tragique d’un homosexuel (Conrad Veidt), victime d’un maître chanteur dans l’Allemagne des années 20.

LESBIANISMES
Vendredi 14 octobre, de 18h à 19h30 - Amphi 2, Antenne universitaire
MODÉRATEUR : FLORENCE TAMAGNE, maître de conférences à Lille III/IRHis.
INTERVENANTES : CHRISTINE BARD, historienne, professeure à l’université d’Angers, NATACHA CHETCUTI, sociologue, CESP-INSERM, VALERIE POUZOL, historienne, maître de conférences à l’université de Paris VIII.

Comment se sont construites les identités lesbiennes ? Quels sont les liens entre lesbianisme et féminisme ? Comment peut-on se dire lesbienne aujourd’hui ? Invisibilisée, niée, objectivée, l’homosexualité féminine interroge les normes et les valeurs sociales de la féminité.

TOURISMES SEXUELS ET DÉSIRS D’ORIENT
Samedi 15 octobre, de 10h à 11h30 - Salle Mansart, Château royal de Blois
MODÉRATEUR : ERIC FASSIN, sociologue à l’ENS/Iris.
INTERVENANTS : SEBASTIEN ROUX, sociologue, CNRS, CHRISTELLE TARAUD, historienne, professeure à l’université de New York et à l’université de Columbia de Paris.

La sexualité a une histoire, mais aussi une géographie quand le désir de l’autre (de même sexe ou pas) se nourrit d’exotisme. Croiser les archives d’une historienne du Maghreb colonial et le terrain thaïlandais d’un sociologue éclaire le tourisme sexuel – comme pratique et comme enjeu.

PETITE HISTOIRE DE LA « SEXOMÉTRIE » : SCIENCES DE L’HOMME, SEXOLOGIE ET COLONIALISME
Samedi 15 octobre, de 18h15 à 19h15 - Amphi 3, Antenne universitaire
Conférence d’ELSA DORLIN, philosophe, professeure à l’université de Paris VIII.
ANIMATEURS : ERIC FASSIN, sociologue à l’ENS/Iris et FLORENCE TAMAGNE, maître de conférences à Lille III/IRHis.

Quand et comment la mesure des organes génitaux devient-elle un critère de classification raciale et un stigmate d’immoralité ? L’histoire de l’anthropométrie physique depuis le XIXe siècle éclaire la mise à nu forcée des délinquants, des minorités sexuelles et des individus des nations colonisées.