CINE-CONCERTS

PEAU DE PÊCHE OU LE CHANT DE LA TERRE

Jean Benoît-Lévy (fiction, France, 1928, 115min, muet, N§B, Archives Françaises du Film du CNC) avec Maurice Touzé, Jimmy Gaillard, Denise Lorys

Peau de pêche, un titi montmartrois orphelin, souffrant de misère morale et matérielle, est placé à la campagne chez des cousins hospitaliers. Il découvre les bienfaits des travaux des champs, dans une campagne marquée par les séquelles de la guerre mais s’ouvrant au progrès via la radio. Un film touchant par son réalisme poétique, qui s’inscrit dans la lignée des films éducatifs des années 20.

>Vendredi 19 à 14h – Cinéma Les Lobis

Accompagnement musical : Samuel LIEGEON, piano

Présentation : Béatrice de PASTRE, directrice des collections des AFF du CNC, Laurent VERAY, historien du cinéma, professeur au département d’études cinématographiques et audiovisuelles de l’université de la Sorbonne nouvelle Paris 3, Dimitri VÉZIROGLOU, historien du cinéma, maître de conférences à Paris I.


LA LIGNE GÉNÉRALE. L’ANCIEN ET LE NOUVEAU

Serguei Mikhailovitch Eisentein (fiction, URSS, 1929, 90min, N§B, muet, copie restaurée de la Cinémathèque de Toulouse)

L’histoire d’une petite paysanne d’une coopérative laitière à l’heure de la collectivisation, contre les Koulaks. Ce film de propagande fameux aux images somptueuses de poésie et de sensualité atteint la dimension d’une ode au monde paysan et au progrès.

>Vendredi 19 à 21h15 – Cinéma Les Lobis.

Accompagnement musical : Grégory DALTIN (accordéon/bandonéon), Laurent PARIS(percussions), Eugénie URSCH (violoncelle) et Joris VIDAL (tuba)

Présentation : Natacha LAURENT, directrice de la Cinémathèque de Toulouse et historienne

Ce ciné-concert a été créé pour le festival « Zoom arrière » de la Cinémathèque de Toulouse en mars dernier.


LA TERRE

André Antoine (fiction, France, 1921, 95min, adapté du roman d’Émile Zola, muet, N§B, Cinémathèque Française) avec Jean Hervé, Germaine Rouer

Jean Macquart ouvrier agricole dans une ferme de la Beauce s’éprend de Françoise la nièce du père Fouan, un petit propriétaire terrien, qui, devenu veuf, est bientôt une charge pour ses fils et sa fille âpres au gai et d’esprit jaloux. Réalisé à Cloyes dans les décors naturels de la Beauce, et au fil des travaux des champs, le film dégage une vérité précieuse sur une époque révolue.

En prélude : Moisson 1957 (L’heure des glaneuses) de Lucien Borcelle (1957, muet, 6 min, Ciclic).

>Samedi 20 à 9h30 – Cinéma Les Lobis

Accompagnement musical : Samuel LIEGEON, piano
Présentation : Christophe GAUTHIER, responsable du département audiovisuel de la BNF


LA MAISON DE LA RUE TROUBNAIA

Boris Barnet (fiction, URSS, 1928, 64min, muet, N§B, Arkeion Films)

Une jeune paysanne vient vivre à Moscou, comme femme de ménage dans un immeuble. Naïve, elle subit moqueries et exploitation par un couple d’enrichis. Mais une déléguée syndicale va la prendre en amitié et l’aider à s’affirmer, notamment dans les réunions politiques. Une comédie du temps de la NEP pleine de fantaisie malgré le propos idéologique sous- jacent, mais mis au second plan. Et une bonne illustration des différences qui existaient entre citadins et paysans à cette époque de bouleversements politiques et sociaux.

>Samedi 20 à 14h15 – Cinéma Les Lobis

Accompagnement musical : Virginie LUNAIS, accordéon

Présentation : Annie FOURCAUT, professeure d’histoire sociale à l’université de Paris 1 Sorbonne