Une dimension européenne

Le festival Les Rendez-vous de l’histoire se veut ouvert à l’historiographie européenne, et s’emploie à créer à Blois un véritable carrefour des historiens du continent. Il s’appuie pour cela sur des échanges avec d’autres festivals d’histoire : en tout premier lieu avec Les Weimarer, Rendez-vous mit der Geschichte (les Rendez-vous de Weimar avec l’histoire) qui ont pris leur essor il y a cinq ans et que la Ville de Blois soutient dans le cadre de son jumelage avec Weimar ; mais aussi avec deux festivals italiens, la Storia in piazza à Gênes et èStoria à Gorizia. Il nous faut aussi saluer la participation de grands centres de recherche européens comme le centre Marc Bloch de Berlin ou l’association des historiens allemands (Historikerverband), et les associations de jumelage et de coopération de Blois qui contribuent aussi à tisser ce réseau européen.

VENDREDI 10

De la confrontation à l’intégration : destins du rebelle dans la cité

De 16h à 17h30 - Amphi 2, Site Chocolaterie de l’IUT

Carte blanche au Centre d’histoire de l’art et des représentations (HAR) de l’université de Paris Ouest Nanterre

Table ronde avec Anne BERNOU, historienne de l’Art, Gabriel MARTINEZ-GROS, professeur d’histoire du Moyen Age islamique, université Paris-Ouest Nanterre, Frédéric REGENT, maître de conférences en histoire moderne, université Paris I Panthéon-Sorbonne, et Fabien THEOFILAKIS, professeur associé au Centre Marc Bloch de Berlin, et à l’université de Montréal, Centre canadien d’études allemandes et européennes.

A partir de 4 exemples, le chrétien dans la société islamique, le « marron » des sociétés esclavagistes, le dadaïste dans la société berlinoise, le prisonnier de guerre allemand en France, comment ces rebelles ont-ils trouvé une place et laissé une trace dans la société qui les accueille ?


Les Rebelles du Reich (1871-1918)

De 18h à 19h30 - Amphi 2, Site Chocolaterie de l’IUT

Table ronde avec Christiane KHOSER-SPOHN, professeure à l’université de Tübingen, Thomas SERRIER, maître de conférences associé à la Viadrina de Francfort-sur-Oder, et Jakob VOGEL, professeur au centre d’histoire de Sciences Po.

L’unité allemande s’est constituée en marginalisant les minorités nationales, notamment au travers le politique bismarkienne du Kulturkampf, et en introduisant un contrôle social très tatillon…Comment dès lors ses sont structurés et exprimés les opposants au Reich


SAMEDI 11

Tradition et progrès, rebelles intellectuels en Europe et en Asie au
XIXe siècle

> DE 10H À 11H - AMPHI 3, UNIVERSITÉ

Carte blanche à Storia in piazza

CONFÉRENCE de Donald SASSOON, professeur émérite à l’université Queen Mary de Londres.

Les inquiétudes d’intellectuels en Asie face à l’apparent succès de la civilisation occidentale sont comparées aux inquiétudes d’intellectuels européens face à la domination du commerce et de l’argent au détriment des valeurs traditionnelles.


Les Rendez-vous BLOIS-WEIMAR

Avec le concours de la Ville de Blois, une table ronde et une conférence sont organisées à Blois sur le thème des Rebelles. Et du 7 au 9 novembre Weimar accueillera deux tables rondes et une projection d’un film documentaire primé aux RVH, Ils ont filmé le peuple d’Ania Szczepanska en lien avec son thème, Umbrüche (Ruptures).

Stéphane Hessel, Jorge Semprun : Intellectuels rebelles

De 10h à 11h - Amphi 1, Site Chocolaterie de l’IUT

Conférence par Justus ULBRICHT, professeur à l’université d’Iéna, membre du Beirat des Rendez-vous de Weimar avec l’histoire. Conférence en allemand avec traduction.

La Rébellion politique allemande : l’opposition extra-parlementaire (APO) de 1967 à nos jours

De 11h30 à 13h - Salle Kléber Loustau, Conseil général

Carte blanche aux « Weimarer Rendez-vous mit der Geschichte »

Table ronde avec Johann CHAPOUTOT, professeur à l’université Sorbonne Nouvelle Paris III, membre de l’Institut Universitaire de France, Mathieu DUBOIS, université Paris-Sorbonne, Anne KWASCHIK, Frei Universität de Berlin, Hélène MIARD-DELACROIX, université Paris-Sorbonne et Arndt WEINRICH, Institut Historique allemand de Paris.

Dans les années 67-68, face à une grande coalition CDU / SPD, une opposition se développe : mouvement étudiant, contestation de l’atome et de la guerre du Vietnam, lutte anticapitaliste… Elle laissera des traces profondes dans l’histoire politique, sociale et culturelle allemande.


Totalitarismes et résistances

De 13h30 à 15h - Amphi 1, Site Chocolaterie de l’IUT

Dans le cadre du programme Europe pour les citoyens

Débat avec Bernard BRUNETEAU, professeur de sciences politiques à l’université de Rennes 1, Hélène CAMARADE, maître de conférences à l’université Bordeaux Montaigne, Marie-Anne MATARD BONUCCI, membre de l’Institut universitaire de France et professeure d’histoire contemporaine à l’université Paris-VIII, et Nicolas PATIN, chargé de recherche à l’institut historique allemand, modéré par Agnès ARP, chargée de recherche à la Friedrisch Universität de Iéna, membre du Beirat des Rendez-vous de Weimar avec l’histoire.

Les régimes totalitaires européens qui se sont imposés en Italie avec le Fascisme, en Allemagne avec le Nazisme et en Europe de l’est avec le Communisme avaient l’obsession de contrôler leurs populations. Quelles formes de résistance ont pu exister ? Quels en ont été les acteurs ? Quels en furent l’efficacité et le coût humain et moral ? Que nous enseigne la comparaison entre ces différents régimes totalitaires ?


L’idée européenne, une idée « rebelle » ?

De 15h30 à 17h - Amphi 1, Site Chocolaterie de l’IUT

Carte blanche aux associations Europe ensemble (de Blois) et Sauvons l’Europe

Table ronde avec : Hélène MIARD-DELACROIX, historienne Paris-Sorbonne, Gérard BOSSUAT, et Jordan PLEVNES, ancien ambassadeur de Macédoine en France, conseiller culturel auprès de la présidence de la République.

Et si l’idée européenne était une idée rebelle ? Face aux nationalismes qui avaient plongé l’Europe dans la guerre, les pionniers de la construction européenne, dès les années 20 ont pu faire figure de rebelle…Et aujourd’hui face aux tentations de repli xénophobe ou à une conception trop technocratique de l’UE, n’est-il pas urgent de se rebeller…au nom de l’esprit européen ?


Les Brigands, des rebelles particuliers ?

De 17h30 à 18h30 - Amphi 2, Site Chocolaterie de l’IUT

Carte blanche au festival èStoria de Gorizia

Conférence par Anton BLOK, professeur émérite en anthropologie à l’université d’Amsterdam, auteur de plusieurs ouvrages sur le banditisme et la mafia italienne.


Thomas Paine, un rebelle international au XVIIIe siècle.

> DE 17H30 À 18H30 – SALLE MANSART, CHÂTEAU ROYAL DE BLOIS

Carte blanche à l’association de jumelage Blois- Lewes

CONFÉRENCE par Paul MYLES, de l’université de Lewes, auteur de plusieurs ouvrages sur Thomas Paine

Connu pour son rôle de député de la Convention lors de la Révolution Francaise et son ouvrage fondamental The Rights of Men (1791), Thomas Paine, qui vécut dans la ville anglaise de Lewes, s’est illustré très tôt comme rebelle contre la couronne britannique. Son ouvrage The Common sense (Le Sens commun) de 1776 fut un des fondements de la Déclaration d ́indépendance des États Unis... Paul Myles retracera la vie de Thomas Paine et de ses différents engagements de rebelle.


DIMANCHE 12

Dissidents à l’Est et l’Ouest : des rebelles au service de l’identité européenne

De 10h à 11h30 - Amphi 2, Site Chocolaterie de l’IUT

Carte blanche du Centre Marc Bloch de Berlin

Table ronde avec Xavier BOUGAREL, Centre Marc Bloch, CNRS, Sonia COMBE, Institut des Sciences sociales du Politique, CNRS, Catherine GOUSSEFF, Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen, et Thomas LINDENBERGER, Zentrum für Zeithistorische Forschung, Potsdam.

Comment interpréter et comparer l’engagement des Dissidents en Europe de l’Est et en Europe de l’Ouest au XXe siècle ? Une question qui sera débattue par des historiens français et allemands, spécialistes de l’Europe orientale et occidentale.


Réforme et Rébellion

De 16h15 à 17h45 - Amphi 2, Antenne universitaire

Carte blanche à l’Historiskerverband

Table ronde avec Johann CHAPOUTOT, professeur à l’université de Sorbonne nouvelle Paris III, membre de l’Institut Universitaire de France, Olivier CHRISTIN, professeur à Neuchâtel, Naima GHERMANI, maître de conférences à l’université de Grenoble II, et Christine VOGEL, professeure à Vechta.

Le geste de Luther est une rébellion contre le Pape, puis contre l’Empereur. Mais l’excommunié Luther, mis au ban de l’Empire, sait ménager les Princes, dont certains adoptent la foi réformée, et s’oppose à la rébellion sociale et politique d’un Thomas Münzer…